Retour à la rubrique Danemark
Casque Modèle 96

Fiche

Preview

Historique

Doté du casque modèle 48 inspiré du casque US M-1 depuis la fin des années 40, l'armée danoise souhaita changer son casque de combat largement dépassé depuis la fin des années 80. Alors que la plupart des armées à travers le monde commençaient à se doter de casques fabriqués en matière composite, avec les Etats-Unis et Israël en précurseur.
Le casque PASGT adopté par les Etats-Unis au début des années 80 devient alors la forme standard des nouveaux casques composites, hormis quelques exceptions comme le casque OR 201 adopté par Israël par exemple.
La principale matière composite utilisée est la fibre d'aramide, commercialisée sous le nom déposé de kevlar. Le poly(p-phénylènetéréphtalamide) (PPD-T) est un polymère thermoplastique constitué de noyaux aromatiques séparés par des groupes amide. Il appartient à la famille des fibres d'aramides. Le poly-para-phénylène téréphtalamide a été découvert en 1965 par Stéphanie Kwolek et Herbert Blades, chercheurs de la société Du Pont de Nemours. La société choisit d'appeler ce polymère Kevlar. Il fut commercialisé pour la première fois en 1972.
Utilisé par succession d'armures de toile, noyé dans de la résine balistique, le kevlar possède les qualités suivantes :
    - bonne résistance spécifique à la traction.
    - faible densité (1,45).
    - dilatation thermique nulle.
    - absorption des vibrations, amortissement.
    - excellente résistance aux chocs et à la fatigue.
    - bon comportement chimique vis-à-vis des carburants.
Ainsi, au cours des années 90 le Danemark, membre de l'OTAN, lança un appel d'offre afin de se doter d'un casque répondant aux nouvelles spécifications en vigueur au sein de l'organisation du traité de l'Atlantique Nord.
Cet appel d'offre fut remporté par la société française CGF-Gallet (Gallet, étant une société fournissant du matériel à l'armée française depuis plusieurs décennies, rassemblé à la société CGF à l'origine fabricant de casques pour le domaine civil) qui fabriquait à l'époque le premier casque de combat en matière composite de l'armée française, surnommé casque Spectra en rapport à sa principale matière de confection la fibre Spectra, assimilable à la fibre d'aramide (kevlar).
Le casque souhaité par l'armée danoise devait avoir une forme au standard PASGT (forme surnommé Fritz en rapport à sa similitude avec le casque allemand de la seconde guerre mondiale), munie d'une jugulaire fixée en trois points et d'une coiffe confortable.
La société CGF-Gallet proposa donc à l'armée danoise un casque dont la bombe est fabriquée à partir de fibres aramide (reconnaissable à la couleur jaune des fibres), munie d'une coiffe proche de celle équipant le casque allemand B826 et d'une jugulaire hybride avec le modèle allemand possédant deux systèmes de fermeture.
Adopté par l'armée danoise en 1996, ce casque est désigné comme modèle 96 (casque M/96, vert) alors que plusieurs sources référencent ce casque comme modèle 92, ce qui semble peu probable étant donné que la société CGF-Gallet fabriquait à peine les premiers exemplaires de casques composites de l'armée française.
La société CGF-Gallet a été rachetée en 2002 par la société américaine MSA ("Mine Safety Appliances" : connu depuis la seconde guerre mondiale comme fabricant de liner pour le casque M-1) pour donner le consortium MSA-Gallet. Les casques modèle 96 fabriqués à partir de cette date furent donc désormais siglés de ce nouveau nom.
Encore utilisé de nos jours (2011) par l'armée danoise, notamment par ses troupes en faction en Afghanistan, l'armée danoise s'est doté de casques B826 bleu pour ses troupes mandataires de l'ONU.

Casque modèle 48.
Casque modèle 48.
Casque modèle 96. Casque modèle 96. Casque modèle 96.
Casque modèle 96. Casque modèle 96. Casque modèle 96.
Casque modèle 96. Casque modèle 96. Casque modèle 96.

Constitution

La coque :

Vue avant.
Vue avant.
Vue de coté.
Vue de coté.
Vue arrière.
Vue arrière.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Jointure jonc en caoutchouc.
Jointure jonc en caoutchouc.
Etiquette du fabricant.
Etiquette du fabricant.
Marquage masqué par un adhésif.
Marquage masqué par un adhésif.
Peinture granitée anti-reflet.
Peinture granitée anti-reflet.

La bombe du casque modèle 96 danois est formée par succession de couches de toiles de fibres de para-aramides tissées, pour former un tissu d'armure toile (ou taffetas). Ces couches de toiles d'aramide sont noyées dans une résine balistique thermo-formable puis mises en forme dans un moule sous vide.
Le casque modèle 96 est fabriqué en trois tailles (S, M et L) étant donné que les matériaux de fabrication sont onéreux et en raison de la forte épaisseur des parois du casque, une taille unique engendrerait un casque de fort encombrement.
Une fois matricé, les excès de fibres d'aramide noyées dans la résine sont ébavurés afin d'obtenir la silhouette du casque.
L'extérieur de la bombe reçoit un revêtement plastique teinté vert kaki dans la masse et dont la surface est finement rugueuse afin de réduire les reflets du soleil.
La bordure brute du casque est renforcée d'un épais jonc en caoutchouc jointif à l'arrière, il est destiné à adoucir la bordure du casque, mais aussi de protéger celle-ci de l'usure.
L'ensemble du casque est ensuite peint de couleur vert kaki satiné, intérieur et extérieur, y compris le jonc en caoutchouc.
A noter que le fond du casque comporte une zone masquée par un adhésif de couleur kaki, sans doute destiné à masquer le numéro de série de fabrication et peut être la date de fabrication, à l'instar du casque de combat en matière composite de l'armée française.
Le fabricant, CGF-Gallet, est identifié par une étiquette plastifiée collée sur la paroi interne latérale droite du casque. Cette étiquette, spécifie la taille du casque, son numéro de série, ainsi que le numéro NSN ("National Stock Number") : pour la bombe, ce numéro est 8470-14-486-1119 où le nombre 14 identifie la France, où est fabriqué ce casque.
On ignore à l'heure actuelle l'utilité de l'étiquette circulaire contenant la lettre N.
La référence du casque est désignée par la nomenclature :
    - 008320*MDV (taille small).
    - 008320*VKL (taille medium).
    - 008320*VKXL (taille large).
La nomenclature des coques commence par la référence 530010*...
Aussi, une étiquette patronymique est collée sur l'autre paroi interne du casque à l'aide d'une bande velcro.

Bande patronymique velcro. Bande patronymique velcro.
Bande patronymique amovible en velcro.

La coiffe :

Fond du casque en polystyrène.
Fond du casque en polystyrène.
Fond en place.
Fond en place.
Armature de coiffe - face.
Armature de coiffe - face.
Armature de coiffe - revers.
Armature de coiffe - revers.
Armature de maintien de la coiffe en plastique souple transparent.
Armature de maintien de la coiffe en plastique souple transparent.
Languette de réglage en profondeur.
Languette de réglage en profondeur.
Jointure arrière.
Jointure arrière.
Point de fixation du cerclage.
Point de fixation du cerclage.
Tampons de mousse néoprène collés à l'armature en plastique.
Tampons de mousse néoprène collés à l'armature en plastique.

La coiffe est inspirée de celle équipant le casque B826 de conception allemande. Elle est montée sur une armature en plastique souple transparent jointive à l'arrière par trois rivets. Un premier pour le point de fixation arrière de la coiffe, deux autres pour le maintien du cerclage de toile de la coiffe, maintenue à l'aide d'une pièce en plastique noir. Ce cerclage de toile est fixé au cerclage en plastique au trois tiers de celui-ci à l'aide d'un rivet et d'un renfort en plastique de forme rectangulaire.
Quatre morceaux de mousse néoprène noire sont directement collés au niveau des interstices laissés pour la fixation des différents éléments.
Le cerclage de toile comporte un fond constitué d'un filet fabriqué en matière synthétique, renforcé à l'avant et à l'arrière d'une bande de cuir de couleur marron sur le dessus, de couleur verte dessous. Le filet est fixé simultanément au cerclage de toile à l'avant, puis de chaque côté de ce point de fixation directement au cerclage de toile à l'aide d'un large rivet creux. Ces deux rivets creux constituent les points de passage latéraux des vis de maintien de la coiffe.
L'autre bordure du filet comporte deux bandes de toile comportant une partie velcro à chacune de leurs extrémités. Ces bandes permettent la tension du filet en étant passées dans deux fentes pratiquées sur le cerclage en plastique. La tension de celle-ci permet le réglage en profondeur de la coiffe.

Bandeau de tête réglable par velcro.
Bandeau de tête réglable par velcro.
Bande velcro de fixation.
Bande velcro de fixation.
Etiquette.
Etiquette.
Détail fixation du bandeau de tête.
Détail fixation du bandeau de tête.
Bandeau de tête monté.
Bandeau de tête monté.
Etiquette de l'armature.
Etiquette de l'armature.

Le maintien sur la tête est assuré à l'aide d'un bandeau de tête constitué d'une bande de toile sur laquelle est cousue une bande de cuir marron. Les extrémités du bandeau comportent une zone velcro permettant le réglage du tour de tête. Le bandeau comporte quatre petites bandes velcro partie crochets permettant la fixation de celui-ci sur le cerclage de toile de l'armature, qui comporte quatre zones velcro partie velours.
Le fond de la bombe comporte une forme épousant le la partie haute du casque. Fabriquée en polystyrène teinté en noir, cette forme, munie de larges orifices, est simplement placée au fond du casque, sous la coiffe. Elle est destinée à amortir les chocs violents comme pourrait le faire le rembourrage d'un casque de motocycliste.
La coiffe est fixée dans la bombe à l'aide de trois vis/écrou à tête circulaire, se vissant à l'aide d'une clé Allen. L'écrou à tête circulaire comporte un tube, comportant le pas de vis, qui intègre dans la paroi du casque. Les points de fixation latéraux maintiennent le cerclage de coiffe, les passants de jugulaire, et les extrémités latérales avant du filet de fond de coiffe. Le point de fixation arrière intègre le trou arrière du cerclage et le point arrière de maintien de la jugulaire.
A noter que chacun des éléments de la coiffe comporte une étiquette cousue comportant la raison sociale du fabricant, ainsi que le numéro NSN (armature et bandeau de tête).

Vis et écrou de fixation.
Vis et écrou de fixation.
Coiffe en place.
Coiffe en place.

La jugulaire :

Jugulaire topologie 3 points.
ugulaire topologie 3 points.
Point de fixation arrière avec deux boucles à clapet de réglage.
Point de fixation arrière avec deux boucles à clapet de réglage.

La jugulaire du casque modèle 96 a une topologie en trois points et est fabriquée à l'aide de bandes de toile forte de coton d'une largeur de 1,9 cm.
La partie arrière de la jugulaire en forme de Y, comporte une bande de toile pliée en V, dont la base est doublée d'un fourreau en cuir rembourré de mousse. La bande de toile comporte à ses deux extrémités une boucle en plastique dont la base est prise dans la sangle de toile, le tout maintenu par deux lignes de couture pratiquées dans le fourreau de cuir arrière de la jugulaire. La pointe du fourreau de cuir de la partie arrière comporte un gros œillet métallique creux pour la fixation arrière de la jugulaire, effectuée simultanément avec la coiffe à l'aide d'une vis et d'un écrou.

Boucle à clapet de réglage.
Boucle à clapet de réglage.
Mentonnière.
Mentonnière.
Fermeture.
Fermeture.
Second système d'ouverture de la mentonnière.
Second système d'ouverture de la mentonnière.
Partie latérale avec passant de jugulaire.
Partie latérale avec passant de jugulaire.
Fixation des passants latéraux.
Fixation des passants latéraux.
Point de fixation arrière.
Point de fixation arrière.
Jugulaire en place.
Jugulaire en place.

Les parties latérales de la jugulaire sont constituées d'une bande de toile pliée en V et dont l'extrémité arrière comporte une boucle à clapet. L'extrémité de la sangle est d'abord passée dans la boucle du point de fixation arrière de la jugulaire et le maintien est assuré par la boucle à clapet. Ces boucles permettent le réglage de la longueur des deux côtés de la jugulaire.
L'autre extrémité, munie une zone auto-agrippante, comporte le passant latérale de fixation de la jugulaire. Celui-ci est maintenu par la sangle de la jugulaire repliée sur elle-même, dont la fermeture est assurée par la zone velcro. La base du passant de jugulaire est prise dans une pièce en plastique pliée en deux, dont les extrémités sont percées afin d'être monté parallèlement avec la coiffe, et dont les extrémités du filet de celle-ci.
La pliure des côtés de la jugulaire est doublée d'un fourreau de cuir rembourré de mousse dans le but de protéger la peau du porteur des boucles de fermeture de la jugulaire.
La partie gauche comporte la boucle de fermeture, dont l'ouverture est effectuée par le biais de deux leviers à actionner en même temps.
La partie droite comporte une boucle similaire à l'ouverture secondaire appliquée au casque allemand B826. Elle est composée d'un crochet en forme de T, doublé d'un levier avec un ergot.
La mentonnière est confectionnée avec deux bandes de toile, doublées à l'intérieur de cuir. Chacune de ses extrémités comporte les éléments de fermeture de la jugulaire.

La partie gauche est munie de l'élément de fermeture constituée d'une boucle terminée d'un ergot en forme de flèche.
La partie droite de la mentonnière possède la boucle de fermeture secondaire, constituée d'une fente d'insertion pour le crochet, dont la fermeture est renforcée à l'aide du levier dont l'ergot s'insère dans l'orifice de la boucle.

Le camouflage additionnel :

Le camouflage additionnel du casque modèle 96 est assuré par un couvre-casque. Au départ calqué sur le couvre-casque équipant le casque allemand B826, ce couvre-casque fut remplacé au profit d'un modèle hybride basé sur les couvre-casques allemand et français des casques de forme PASGT.
Ce premier modèle de couvre-casque, fabriqué au Danemark, était fabriqué à partir de trois morceaux de toile imprimés du camouflage adopté par le Danemark en 1984, très similaire au camouflage Flektarn allemand. Ces morceaux de toile sont cousus ensemble longitudinalement et la bordure est renforcée d'une bande de toile, dans laquelle est passé le lacet de mise en place.
La surface du couvre-casque comporte trois bandes de toile élastique imprimée du même camouflage, cousues à intervalle régulier par des coutures de forme carrée. Deux de ces bandes sont placées longitudinalement sur le dessus du casque et la troisième parcoure la circonférence du casque tout en épousant le décrochement du casque.
Ces bandes sont destinées à maintenir des artifices de camouflage supplémentaires. La taille de ce modèle est indiquée par une petite étiquette noire, sur laquelle est brodée la lettre de la taille en rouge.

Couvre-casque.
Couvre-casque.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Vue à plat.
Vue à plat.

La seconde variante du couvre-casque pour le modèle 96 est de conception similaire, excepté que le maintien est assuré par une large gouttière en caoutchouc cousue sur toute la circonférence du casque.
Ce large jonc en caoutchouc prévient l'usure prématurée de la bordure du couvre-casque lorsque le casque est posé au sol par exemple.
Fabriqué par la société CGF-Gallet, ce couvre-casque est copié de celui équipant le casque en matière composite de l'armée française, il comporte une étiquette spécifiant la raison sociale du fabricant, la taille, ainsi que le numéro NSN.

Intérieur.
Intérieur.
Etiquette du fabricant.
Etiquette du fabricant.
Couvre-casque.
Couvre-casque.
Vue à plat.
Vue à plat.
Intérieur.
Intérieur.
Etiquette du fabricant.
Etiquette du fabricant.

Avec l'apparition du camouflage modèle 1999 destiné aux opérations en milieux désertiques, un nouveau couvre-casque a été créé en 2003 pour l'armée danoise en faction en Afghanistan. Ce couvre-casque est désormais démuni des trois bandes de toile élastique. Le groupe CGF-Gallet ayant été racheté par la société américaine MSA, les étiquettes de ces couvre-casques sont uniquement siglées MSA-Gallet et le numéro NSN comporte le code 22, indiquant sans doute une fabrication nationale.