Retour à la rubrique France
Casque Adrian dit modèle 23

Fiche

Casque Mle 23 reconditionné en 1939.
Casque Mle 23 reconditionné en 1939.

Historique

La 1ère guerre mondiale a vu la généralisation à l'ensemble des corps ainsi que la standardisation du casque d'acier, alors que n'existaient jusque là, que quelques casques spécifiques à certaines troupes, comme la cavalerie ou l'artillerie.
En France le casque Adrian a ainsi été produit à près de vingt millions d'exemplaires et à la fin de la guerre, les stocks sont importants. Toutefois, faute de maitriser l'acier au manganèse, il a été fabriqué en trois pièces de tôle laminée de 7/10èmes. La bombe, la visière et le couvre-nuque sont solidarisés uniquement par un jonc de sertissage, ce qui fragilise le casque à ce niveau.
Des essais de coques en acier au manganèse ont été menés en 1917/18. Ces coques sont des sortes de cuvettes au bord plus ou moins découpé en quatre profils différents, identifiés par A, B, C et D. A l'armistice ces essais n'ont rien donné de concluant.
L'expérimentation de l'acier au manganèse et de nouvelles techniques d'emboutissage se poursuit après la guerre, sous l'autorité du médecin aide-major Polack.
En mars 1922, une commission est constituée aux fins de décider du casque nouveau modèle général. L'acier au manganèse est retenu à cause de ses qualités d'étirement permettant d'une part une facilité d'emboutissage et d'autre part une déformation maximum avant rupture. Il est accessoirement amagnétique, mais ce n'est pas un critère en soi. La forme retenue est celle de l'Adrian, symbole de la victoire. Il sera embouti en une seule pièce dans une plaque d'acier au manganèse.
A partir de là, plusieurs séries successives de casques sont fabriquées. Tous ont en commun, la forme de l'Adrian, une coque emboutie d'une seule pièce dans une feuille d'acier au manganèse, la coiffe du Mle 15 et son système d'agrafes-crampons. Pour corriger l'étroitesse de la bombe de 1915, jugée trop près du crâne, la taille A est supprimée. A l'inverse il est créé une grande taille D. Les coiffes restant inchangées, ce sont les plaques d'aluminium ondulées qui voient leurs épaisseurs de stries augmenter.
Si les premiers casques fabriqués, conservent des caractéristiques de l'Adrian modèle 15 comme le puits d'aération ou la bordure retournée, des améliorations sont introduites au fur et à mesure, comme un jonc de bordure ou des perforations d'aération.
Ces casques, considérés comme expérimentaux, ne sont pas décrits au bulletin officiel (BO) et sont simplement désignés "nouveau modèle" dans les notes officielles. Par commodité on les appelle aussi "modèles de transition", les collectionneurs les englobent sous la désignation globale, mais non officielle, de casque "modèle 23".
Enfin en 1926 la dernière amélioration concerne le système de coiffe. La coiffe repose désormais sur quatre lames ressorts grâce à des agrafes métalliques cousues sur sa périphérie. En mai 1926, "le casque nouveau modèle" est décrit au BO, dans cette dernière configuration, mettant fin à la série de casques expérimentaux "Mle 23". Ce "casque nouveau modèle" est connu des collectionneurs sous la désignation non officielle de casque Adrian modèle 26.
Les casques modèle 23 ne sont pas mis au rancart pour autant. Une grosse majorité des premières fabrications a été cédée au royaume de Yougoslavie. Le reste sera encore en service en 1939 repeint en kaki et mêlé aux Mle 15 survivants et aux Mle 26.


Génie (à gauche).
Génie (à gauche).
Armée de l'air.
Armée de l'air.
Casque Adrian Mle 1915.
Casque Adrian Mle 1915.

Constitution

La coque :

Vue avant.
Vue avant (fabrication précoce).
Vue de coté.
Vue de coté, le cimier en acier est encore du Mle 15, du type Dupeyron ou Cie des compteurs.
Vue arrière.
Vue arrière, le cimer était manifestement destiné à une bombe de taille inférieure.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Vue avant.
Vue avant (fabrication tardive).
Vue de coté.
Vue de coté.
Vue arrière.
Vue arrière.
Vue de dessus.
Vue de dessus.

La coque est emboutie en une seule pièce, incluant la visière et le garde-nuque, dans une plaque d'acier au manganèse. Elle a la forme d'une demi-sphère ovalisée à la base. Le garde-nuque affecte désormais une pente de 35°. Deux fentes de 7 mm espacées de 35 mm, destinées à recevoir l'attribut Mle 15, sont percées sur l'avant, à 28mm de l'amorce de la visière.
Sur les premières fabrications, le bord vif de la tôle, est retourné extérieurement, comme sur le casque Adrian Mle 15.
Le puits d'aération de dimension 5 x 1,5 cm qui se trouvait au sommet du modèle précédent, est également conservé dans un premier temps.
Le cimier est fixé comme précédemment par 4 rivets fendus en aluminium. Sa forme est simplifiée et il est majoritairement en duralumin. Cependant on trouve des casques munis d'un cimier en acier, voire même d'un cimier Mle 15.

Bord retourné, recto et verso.
Bord retourné, recto et verso.
Puits d'aération type 1915.
Puits d'aération type 1915.
Perforations de 3 mm.
Perforations de 3 mm.
Perforations de 4 mm.
Perforations de 4 mm.
Jonc de bordure de 4 mm.
Jonc de bordure de 4 mm.

Au fur et à mesure des fabrications, des améliorations sont apportées. Ainsi le bord retourné est remplacé sur toute la périphérie du casque, par un jonc de tôle d'une largeur après pose de 4 mm. Le puits d'aération qui fragilise la coque, est remplacé par une série de 8 trous disposés en quinconce. Ces trous ont un diamètre de 3mm qui sera in fine porté à 4 mm.

Disposition des agrafes-crampons, coque à trous d'aération de 3 mm.
Disposition des agrafes-crampons, coque à trous d'aération de 3 mm.
Coque à trous d'aération de 4 mm, rivets de cimier longs, bords enveloppants et cambrés (Japy ?).
Coque à trous d'aération de 4 mm, rivets de cimier longs, bords enveloppants et cambrés (Japy ?).
Agrafe-crampon latérale.
Agrafe-crampon latérale.
Agrafe-crampon latérale.
Agrafe-crampon latérale.
Agrafe-crampon arrière.
Agrafe-crampon arrière.
Agrafe-crampon avant.
Agrafe-crampon avant.

Le principe de la coiffe Mle 15 étant maintenu, des agrafes crampons en tôle de 7/10èmes sont soudées aux quatre points cardinaux de la bombe. Destinées à maintenir le système de coiffe et d'aération, elles comportent deux branches de dimension 90 x 5 mm. La base des deux agrafes latérale se prolonge par une enchapure enfermant un dé métallique rectangulaire de 10 x 20 mm, faisant office de passant de jugulaire.

Une dernière tentative d'amélioration est initiée.
Les agrafes-crampons sont fixées à la bombe par huit rivets tubulaires, à raison de deux rivets par agrafe. Les têtes de rivets visibles extérieurement, font faussement penser à un Mle 26.
Les plaquettes ondulées sont remplacées par des rondelles de cuir ou de liège, d'épaisseur adaptée à la taille, enfilées sur chacune des lames de chaque agrafe.
Cette modification avortera, supplantée par la mise au point des lames ressorts, aboutissant au Mle 26.
Il semble que sur les quelques casques ainsi équipés, on n'ait pas pris la peine de monter les cimiers, les perforations correspondantes ne sont même pas effectuées.

Vue de dessus.
Les rivets, visibles extérieurement, maintiennent les agrafes-crampons. Les plaquettes gaufrées sont remplacées par 8 rondelles de cuir.

Les tailles.

Implantation des plaquettes de 3 et 5 mm (bombe B taille 56).
Implantation de plaquettes de 3 et 5 mm (bombe B taille 56).
Plaquette latérale de 8,5 mm.
Plaquette latérale de 8,5 mm.

Les bombes sont fabriquées en trois tailles. Afin d'élargir l'espace entre le crâne et la paroi du casque, la taille A est supprimée et une grande taille D, d'un développement de 69 cm, est créée.
La bombe la plus petite est donc la taille B de 63 cm de développement (comme la taille B du Mle 15).
A noter que cette disposition existe déjà sur le casque de char Mle 19, mais les tailles y sont renommées A, B, et C (Cf. tableau).
Les coiffes étant inchangées, c'est l'épaisseur relative de la garniture d'aération qui est augmentée.
Tous les casques sont donc munis, sur tout le pourtour, de quatre bandes ondulées en aluminium de 3/10èmes. Il n'existe pratiquement aucun intervalle entre ces bandes après adaptation au casque. La profondeur des ondulations est fonction de la taille de la bombe et de celle de la coiffe (Cf. tableau). Les bandes ondulées et la coiffe, sont maintenues par les agrafes-crampons soudées à la bombe.

Exemple d'un Mle 23, bombe B taille 56.
Exemple d'un Mle 23, bombe B taille 56.
       
Bombe Mle 23 B C D
(Mle 19 pour mémoire) (A) (B) (C)
Développement 63 66 69
Axe longitudinal 21 22 23
Axe transversal 19 20 21
Tailles coiffe 54 55 56 57 58 59 60 61 62
Plaquettes avant/arrière 7 5 3 7 5 3 7 5 3
Plaquettes latérales 8,5 7 5 8,5 7 5 8,5 7 5
Amplitude en mm des plaquettes d'aluminium ondulées sur les casques Mle 19 et 23.

A noter que, comme sur le casque Adrian Mle 15, il existe également des plaquettes gaufrées latérales dont la partie centrale comporte des ondulations de la profondeur requise, mais dont les extrémités sont amincies. Pour ce faire, les ondulations extrêmes sont d'une profondeur décroissante, jusqu'à être identiques à celles des plaquettes avant et arrière. Ce procédé permet un raccord en douceur entre les plaquettes de tailles différentes.
On trouve ces plaquettes beaucoup moins fréquemment que le modèle courant.

Plaquette latérale à extrémités amincies.
Plaquette latérale à extrémités amincies.

Différences de fabrication.

Comme sur tous les casques de la période 1915 - 1950, on trouve des différences dues aux fabricants. Les plus significatives se situent au niveau du cimier et du garde-nuque.

Cimier acier Mle 15, de taille trop petite.
Cimier acier Mle 15, de taille trop petite.
Cimier alu inspiré du Japy Mle 15, de taille trop petite.
Cimier alu inspiré du Japy Mle 15, de taille trop petite.
Le même de taille normale.
Le même de taille normale.
Cimier acier à extrémité arrondie.
Cimier acier à extrémité arrondie.
Cimier alu à extrémité ogivale.
Cimier alu à extrémité ogivale, fabricant SC.
Cimier alu à extrémité ogivale.
Cimier alu à extrémité ogivale, fabricant CCC.

La silhouette des cimiers est allégée par rapport au Mle 15 et ils sont majoritairement en duralumin. Cependant on trouve des cimiers en acier et d'autres de type 1915 en duralumin. Les pointes arrières sont arrondies ou ogivales et à distance variable de la pliure du garde-nuque.

Garde-nuque large à 40° au lieu de 35°.
Garde-nuque large et enveloppant, pente à 40° au lieu de 35°.
Vue de dessous.
Vue de dessous.
Même caractéristique sur ce casque fabricant SD.
Même caractéristique sur ce casque, fabricant SD.

Si une majorité des casques Mle 23 a un bord donnant à l'ensemble du casque un profil plat, certains en ont un garde-nuque de dimensions accrues, très enveloppant, présentant parfois une pente supérieure à 35°, donnant au casque un profil très cambré.
Certains exemplaires présentent un profil courbe et des rivets fendus de cimier très long. Bien que ces casques ne soient pas marqués, ces caractéristiques sont celles que l'on retrouvera sur les Mle 26 de fabrication Japy.

Sur ce casque, de fabricant inconnu, on relève les mêmes caractéristiques que sur les Mle 26 JAPY.
Sur ce casque, de fabricant inconnu, on relève les mêmes caractéristiques que sur les Mle 26 JAPY : profil courbe et rivets longs.

La coiffe :

Coiffe Mle 15, 1er type.
Coiffe Mle 15, 1er type.
Coiffe Mle 15, 2ème type.
Coiffe Mle 15, 2ème type.
Coiffe Mle 15, après-guerre.
Coiffe Mle 15, après-guerre.

La coiffe en cuir, est toujours celle du Mle 15. On peut en trouver datées antérieurement à 1923, les stocks existant à cette époque étant encore conséquents. Cependant la plupart des coiffes recensées sont datées de 1924 et sont d'une facture plus robuste. Notamment, le turban composé de deux épaisseurs de drap de récupération est abandonné au profit d'un épais turban de feutre.

Coiffe après-guerre, repliée (recto), coutures et perforations des agrafes crampons.
Coiffe après-guerre, repliée (recto), coutures et perforations des agrafes crampons.
Coiffe repliée (verso).
Coiffe repliée (verso).
Coiffe dépliée (recto).
Coiffe dépliée (recto).
Coiffe dépliée (verso).
Coiffe dépliée (verso).
Coiffe dépliée vue de dessous.
Coiffe dépliée vue de dessous.
Détail des coutures.
Détail des coutures, le feutre a remplacé le drap des fabrications de guerre.

La coiffe est composée d'un bandeau de cuir de mouton noirci et glacé, de 7 cm de large et d'une longueur variant en fonction du tour de tête souhaité.
Sur l'un des bords est cousu intérieurement un turban de feutre de 5 mm d'épaisseur et de 4 cm de large. Les deux pièces se recouvrent de 15 mm.
Sur l'autre bord, six dents du même cuir sont maintenues par deux coutures parallèles espacées de 5 mm, parcourant intégralement la totalité du bandeau. Ces dents, de forme triangulaire à sommet arrondi, ont une base de 7 cm et une hauteur de 9cm et une perforation à 1 cm de leur extrémité, destinée au passage du ruban de réglage en profondeur. Elles sont réparties uniformément sur le bandeau.
In fine, le bandeau est refermé sur lui-même par une forte couture en zigzag. Les dents sont réunies par un ruban de toile noire passant dans chacune des perforations. Le nouage plus ou moins serré de ce ruban permet le réglage de la coiffe en profondeur.
Huit perforations sont ménagées dans le feutre, correspondant aux huit agrafes crampons de la bombe. Une fois la coiffe en place, le cuir est remplié par-dessus le feutre, à l'intérieur du casque.
Les coiffes existent en neuf tailles allant du 54 au 62. Chaque taille de bombe est prévue pour trois tailles de coiffe : Bombe B = 54, 55, 56 ; bombe C = 57, 58, 59 ; et bombe D = 60, 61, 62. L'adaptation se faisant par la garniture d'aération décrite plus haut (Voir tableau).

La jugulaire :

Modèle précoce, rivet coté fixe  (recto).
Modèle précoce, rivet coté fixe (recto).
Modèle précoce, rivet coté fixe  (verso).
Modèle précoce, rivet coté fixe (verso).
Modèle précoce, coté coulissant.
Modèle précoce, coté coulissant.
Modèle précoce, boucle de réglage.
Modèle précoce, boucle de réglage.
Modèle précoce, rivet de la boucle de réglage (recto).
Modèle précoce, rivet de la boucle de réglage (recto).
Modèle précoce, rivet de la boucle de réglage (verso).
Modèle précoce, rivet de la boucle de réglage (verso).

La jugulaire est identique à celle du Mle 15. Elle est constituée d'une sangle de cuir de chèvre de 57 cm de long pour 15 mm de large. Une de ses extrémités enchape une boucle carrée à échelle, à l'aide d'un rivet fendu.
L'autre côté coulisse librement dans un des dés du casque, puis dans la boucle de réglage et enfin se fixe sur le deuxième dé, grâce également à un rivet fendu. La teinte du cuir est en général havane, tirant plus ou moins sur le rouge.

A partir de fin 1924, elle est faite en cuir fauve naturel de vachette ou cheval, dans les mêmes dimensions mais plus épaisse, avec des rivets tubulaires.
A noter que l'on trouve aussi des jugulaires teintées en noir.

Après 1924, rivet coté fixe (recto).
Après 1924, rivet coté fixe (recto).
Après 1924, rivet coté fixe (verso).
Après 1924, rivet coté fixe (verso).
Après 1924, coté coulissant.
Après 1924, coté coulissant.
Après 1924, boucle de réglage.
Après 1924, boucle de réglage.
Après 1924, rivet de la boucle de réglage (recto).
Après 1924, rivet de la boucle de réglage (recto).
Après 1924, rivet de la boucle de réglage (verso).
Après 1924, rivet de la boucle de réglage (verso).

La peinture :

Bleu précoce (bleu 1916).
Bleu précoce (bleu 1916).
Bleu tardif (bleu gris fer).
Bleu tardif (bleu gris fer).
Kaki (dit chocolat).
Kaki (dit "chocolat").

La peinture est la même que celle appliquée au Mle 15 depuis 1916. Les bombes sont peintes en bleu, à l'aérographe, en usine. Elles sont ensuite séchées dans un four à gaz à la température de 120° pendant environ 2 heures. La peinture ainsi obtenue, est solide, lisse et mate. La teinte bleu clair a foncé pour arriver à une teinte gris fer.
Il existe cependant des exemplaires sortant directement d'usine en couleur kaki, à destination des corps dont l'uniforme est de cette nuance.
Enfin les casques bleus encore en service en 1935 sont repeints en kaki, suivant la directive d'octobre 1935.

Les marquages :

Fabricant CCC.
Fabricant CCC.
Fabricant IY, taille C.
Fabricant IY, taille C.
Fabricant SC, taille D.
Fabricant SC, taille D.
Fabricant SD, taille C.
Fabricant SD, taille C.
Tampon fabricant daté 1924.
Tampon fabricant daté 1924.
Taille 57.
Taille 57.
Cachet de réception.
Cachet de réception.
Autre façon de marquer la taille (56).
Autre façon de marquer la taille (taille 56).

Ils sont apposés à l'encre noire au fond de la bombe. Il s'agit d'abord de la lettre indiquant la taille de la bombe, B, C ou D.
Le fabricant est indiqué par une série d'initiales difficiles à identifier. Ce sont : CC, CCC, IY, MH, SC, SD.
Seul Franck indique sa raison sociale en toutes lettres.
On peut, bien entendu, spéculer sur l'identité des fabricants représentés par ces initiales. Cependant chacune d'entre elles peut, soit correspondre à plusieurs fabricants connus, soit à aucun. Nous nous abstiendrons donc de le faire.
En ce qui concerne la coiffe, on peut trouver la taille, un tampon du fabricant ainsi que parfois des tampons de réception. Ces inscriptions sont portées en blanc ou en noir, en fonction de la couleur du support. On les trouve, au verso des dents de la coiffe, sur le turban de feutre et même parfois sur le bandeau de cuir.

Les attributs :

Attribut Mle 15, Infanterie Cavalerie.
Attribut Mle 15, Infanterie Cavalerie.
Attribut Mle 15, Artillerie.
Attribut Mle 15, Artillerie.
Attribut Mle 15, Chasseurs.
Attribut Mle 15, Chasseurs.
Attribut Mle 15, Génie.
Attribut Mle 15, Génie.
Attribut Mle 23, Armée de l'air.
Attribut Mle 23, Armée de l'air.
Royaume Serbo-croate-Slovène.
Royaume Serbo-croate-Slovène.
Royaume de Yougoslavie (officier).
Royaume de Yougoslavie (officier).
Royaume de Yougoslavie (troupe).
Royaume de Yougoslavie (troupe).

Les attributs sont ceux du Mle 1915. Au départ, on ne rencontre que l'attribut des troupes dans lesquelles l'expérimentation a été conduite, Ce sont : l'Infanterie, l'Artillerie, le Génie, les Chasseurs et l'Armée de l'air (attribut Mle 23).
Ensuite les casques restés en service pourront recevoir d'autres attributs, y compris Mle 37 et DP, en fonction des affectations de leurs propriétaires.
La France a livré à la Serbie, une quantité non négligeable de Mle 23 retirés du service. Ils portent l'attribut du royaume Serbo-croate-Slovène puis du royaume de Yougoslavie.

Les fabrications civiles :

Casque du commerce en métal léger, affectant les caractéristiques d'un Mle 23.
Casque du commerce en métal léger, affectant les caractéristiques d'un Mle 23.

Certains casques du commerce à l'usage des collectivités, sont parfois présentés comme Mle 23. C'est le cas, notamment, de casques de pompiers. Ces casques font partie de la grande variété proposée par le commerce dans les années 20 au même titre que ceux affectant la forme d'un Mle 15. Le métal léger dont ils sont formés a permis de les emboutir en une seule pièce. La comparaison s'arrête là, ils n'ont rien à voir avec les Mle 23, qui rappelons le, sont des casques militaires expérimentaux.

Quelques exemples

Exemplaire repeint en gris artillerie.
Exemplaire repeint en gris artillerie.
Exemplaire chocolat, Infanterie.
Exemplaire chocolat, Infanterie.
Artillerie.
Artillerie.
attribut infanterie personnalisé.
Exemplaire bleu, attribut infanterie personnalisé (transmetteur).
Détail de l'attribut personnalisé.
Détail de l'attribut personnalisé.
Exemplaire reconditionné en 1939, rondache Mle 37 du Génie.
Exemplaire reconditionné en 1939, rondache Mle 37 du Génie.
Exemplaire réutilisé par la Défense Passive.
Exemplaire réutilisé par la Défense Passive.
Royaume de Yougoslavie (troupe).
Royaume de Yougoslavie (troupe).
Royaume de Yougoslavie (officier).
Royaume de Yougoslavie (officier).