Retour à la rubrique Allemagne
Casque M35/50

Fiche


Preview
M42, Q64, reconditionné pour la Polizei, coiffe de M34, utilisé dès 1945.

Preview
Casque VDN en métal léger, spécifique de la police de Hessen.

Preview
M35/50 Q64, 1er casque de la Bepo de Berlin, coiffe I-31/50 à pontets mobiles "Becher & Co".

Preview
M35/50 LS64 parade de la Polizei de Munich (insigne intermédiaire), coiffe I-31/50 sans pontet type "Römer".

Preview
M35/50 LS64 de la Polizei de Hambourg, coiffe I-31/50 type Schuberth.

[Fiche] - [Historique] - [La coque M50] - [La coiffe I-31/50] - [Peintures et insignes] - [Les précurseurs] - [Les VDN post war] - [Exemples]

Historique

En 1945, l'Allemagne est partagée en quatre secteurs, occupés chacun par un des pays alliés. Tandis que le secteur Est est attribué aux Soviétiques, les trois secteurs Ouest le sont par les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France. Berlin, enclavé dans le secteur soviétique, est divisé de la même façon.
Tandis que les Soviétiques installeront dans leur secteur la République Démocratique d'Allemagne (RDA), les alliés occidentaux permettront l'installation de la République Fédérale d'Allemagne (RFA), sur leurs trois secteurs réunis. Son territoire est divisé en "Länder" (provinces) jouissant d'une certaine autonomie et chapeautés par un gouvernement fédéral installé à Bonn. Le territoire de Berlin-Ouest, enclavé dans la RDA, est considéré comme un "Land".
Lors de sa création en 1949, la République Fédérale d'Allemagne n'a pas le droit de posséder une armée, mais simplement des forces de police. Selon les instructions du "Conseil de la haute commission des alliés pour l'Allemagne", la taille de cette formation ne devrait pas dépasser les 2 000 fonctionnaires en service. Ce chiffre étant trop faible de l'avis du gouvernement fédéral, le chancelier Konrad Adenauer donne l'ordre de vérifier la validité juridique pour la formation d'une gendarmerie fédérale. Après que la légalité en soit décidée au sein du gouvernement, la demande de constituer une gendarmerie fédérale est déposée le 28 avril 1950 auprès des trois hauts commissariats.
Au lieu de cela, le 28 juillet 1950, est approuvé l'établissement d'une formation de police mobile, forte de 10 000 hommes, au niveau des "Länder". Son hébergement doit être assuré en casernes. Cette force est dénommée "Bereitschaftspolizei" (Police antiémeutes) ou plus couramment par l'acronyme : Bepo. Le 3 août 1950, les "Länder" sont informés par lettre, que le coût de l'équipement serait pris en compte au niveau fédéral.
Dans le cadre des négociations, un contingent de 500 hommes, propre au gouvernement fédéral, est également accordé.
Le 19 septembre 1950, à la conférence des secrétaires d'état de New York, les 3 secrétaires d'état occidentaux approuvent le chiffre de 30 000 hommes, au niveau des "Länder". Mais seulement 10 000 hommes seront disponibles d'ici le 31 mars 1951 (ce chiffre ne sera réellement atteint qu'en 1956).

Les casques de la police des "Länder".

1945
En mai, immédiatement après la capitulation, la police allemande perd son statut militaire. Elle utilise cependant, les casques en sa possession, M34 noirs dénazifiés, ou SH35 de la "Wehrmacht", repeints en noir ou en vert selon les "Länder". Certains portent sur l'avant l'inscription "POLIZEI" peinte en blanc, au pochoir.
La firme Vereinigte Deutsche Nickelwerke AG à Schwerte, réactive les presses du temps de guerre et produit pour la police, des casques M40 noirs, taille 64, marqués comme avant avec un N° de lot sur le couvre-nuque (lots B1 à B5).
Ces casques noirs seront remplacés progressivement dans les années 50, par des fabrications d'après-guerre.

1950
Les trois derniers lots de VDN (B6, B7 et B8), sont des casques spécifiques pour la police de Hessen. Ils sont très légers (800 à 900 g), issus d'une matrice de casques M40 mais avec des évents en salière du type M34.

1951
Des casques neufs de type M40, sont produits par Quist à Esslingen, puis par Linnemann & Schnetzer à Ahlen. Ils sont parfois dénommés M35/50 par les collectionneurs. La coiffe est une simplification de la I-31 développée par la firme Römer à Neu-Ulm. On peut la dénommer I-31/50. Le cerclage métallique est supprimé au profit d'un bandeau en cuir. Elle est toujours fixée par 3 rivets. Ces casques sont à l'usage de la police urbaine et des "Bepo" des "Länder". De couleur vert lisse pour la police urbaine et également pour les "Bepo" (sauf celui de Berlin où il est marron). Les couleurs et les insignes évolueront en fonction des "Länder", jusqu'en 1990.

M34 de la Polizei durant la seconde guerre mondiale.
M34 de la Polizei durant la seconde guerre mondiale.

1954
Les firmes Becher & Co, C Riese et Larsen fournissent à leur tour, les garnitures I-31/50 de la police berlinoise. La "Bepo" de Berlin perçoit des casques M35/53 identiques à ceux de la BGS mais de couleur marron.

1956
Le passage à la couleur bleu, pour les tenues de la "Bepo" de Berlin entrainera le gris pour casques (vraisemblablement pour les nouveaux M53).

1957
En 1957, la firme Wunderlich livre également des intérieurs I-31/50 à la police de Berlin.

1961
La "Bepo" de Berlin perçoit des casques M35/53 sans évent, de couleur grise.

1964
Les "Bepo" des "Länder Nordrhein-Westfalen" et "Rheinland-Pfalz" se procurent des casques M35/53 sans évent, vert marron, non fabriqués par LS.

A noter : Les "Bepo" de Hamburg et de la Bavière utilisent les mêmes casques que la police urbaine du "Land". On trouve cependant à la "Bepo" de Hambourg, quelques M35/53 parmi les M40.

Constitution

La coque :

La coque des M35/50 est identique en tous points, à celle des M35/40 du temps de guerre : bords retournés et évents emboutis.
Cependant, elles n'existent qu'en deux tailles : 64 et 66.

Vue de coté.
Vue de coté.
Vue arrière.
Vue arrière.
Vue de dessous, la bordure est retournée.
Vue de dessous, la bordure est retournée.
Event embouti.
Event embouti.

La fixation de la coiffe reprend les 3 rivets traditionnels, mais il existe quelques exemplaires à 4 rivets.

Exemplaire à 4 rivets de coiffe, fabricant inconnu.
Exemplaire à 4 rivets de coiffe, fabricant inconnu.
Vue arrière.
Vue arrière.

Fabricants et marquages.

Les coques sont fabriquées d'abord par F.W. Quist à Esslingen, puis par Linnemann & Schnetzer à Ahlen. Il existe des coques non marquées dont on ignore s'il s'agit de la production d'autres fabricants.
Les marquages reprennent les initiales du fabricant suivies de la taille. Quist conserve le marquage du temps de guerre à l'avant de l'aile gauche. Linneman & Schnetzer appose son logo, L et S encastrés dans un double cercle, il positionne son marquage sur le couvre-nuque.

F.W.Quist à Esslingen, taille 64.
F.W.Quist à Esslingen taille 64.
Linnemann & Schnetzer à Ahlen, taille 64.
Linnemann & Schnetzer à Ahlen, taille 64.
Linnemann & Schnetzer à Ahlen, taille 66.
Linnemann & Schnetzer à Ahlen taille 66.
Fabricant non identifié, taille 66.
Fabricant non identifié, taille 66.

La coiffe :

La coiffe est une simplification de la I-31 qui équipait les SH35 pendant la guerre. On peut appeler, de façon officieuse, ce modèle d'aménagement intérieur : I-31/50.
Il en existe plusieurs variantes, en fonction du temps et des fabricants.
Elles sont mono-taille, non réglables. Les cerclages peuvent être en bakélite de différentes couleurs, puis en matière plastique. Les cuirs sont pleins ou perforés. Les jugulaires sont généralement fixes, cousues et rivetées au cerclage, il en existe cependant avec pontets.
Il est très difficile d'identifier les fabricants, car il n'y a, à deux exceptions près, aucun marquage.

Modèles sans pontet.

Coiffe type Römer précoce, essentiellement sur casques Quist.
Coiffe type Römer précoce, essentiellement sur casques Quist.
Coiffe type Römer à/c des années 60, essentiellement sur casques LS.
Coiffe 2ème type Römer, essentiellement sur casques LS.
Coiffe type Schuberth,  essentiellement sur casques LS.
Coiffe type Schuberth, essentiellement sur casques LS.

La coiffe I-31/50 développée par la firme Hans Römer à Neu-Ulm en 1950, est une simplification de la I-31 ("Innenausstattung" M31).
Elle est caractérisée par un cerclage en bakélite grise ou marron, sur lequel la coiffe en cuir est cousue. Celle-ci se compose d'un bandeau fermé à l'arrière par une couture zigzag comportant 9 à 10 dents suivant la taille. Les dents sont en cuir plein sans aucune perforation. Le trou destiné au passage du lacet de serrage n'a pas de rondelle de renfort.
Le coté intérieur du cerclage est doublé par une bande de feutre gris ou blanc, sauf sur l'avant. Ce feutre est pris dans la couture du cuir et collé. A l'avant, entre les deux rivets de fixation à la bombe, le cerclage est doublé de mousse.
Il n'y a aucun marquage hormis la taille et parfois une indication d'unité.

Vue de coté, cerclage bakélite marron, noter la trace des rondelles de liège.
Vue de coté, cerclage bakélite marron, noter la trace des rondelles de liège.
Vue arrière.
Vue arrière.
Cerclage bakélite grise, avant doublé mousse. Rivets latéraux.
Cerclage bakélite grise, avant doublé mousse. Rivets latéraux.
Cerclage bakélite grise, le reste doublé feutre gris. Rivet arrière.
Cerclage bakélite grise, le reste doublé feutre gris. Rivet arrière.
Cerclage bakélite grise, rivets arrière.
Cerclage bakélite grise, rivets arrière.
Rivet et couture de renfort de la jugulaire.
Rivet et couture de renfort de la jugulaire.
Cerclage bakélite marron, avant doublé mousse orange. Rivets latéraux.
Cerclage bakélite marron, avant doublé mousse orange. Rivets latéraux.
Cerclage bakélite marron, le reste doublé feutre blanc. Rivets arrière.
Cerclage bakélite marron, le reste doublé feutre blanc. Rivets arrière.
Couture de renfort de la jugulaire, vue intérieure.
Couture de renfort de la jugulaire, vue intérieure.
Couture de renfort de la jugulaire, vue extérieure.
Couture de renfort de la jugulaire, vue extérieure.
Les perforations pour le passage du lacet sont sans rondelle de renfort en cuir.
Les perforations pour le passage du lacet sont sans rondelle de renfort en cuir.
Marquages d'appartenance Bepo de Bavière 1951.
Marquages d'appartenance "Bepo" de Bavière 1951
et 1952.
et 1952.

Les jugulaires inamovibles en cuir noir de 17 mm de large, sont fixées au cerclage par un rivet et la couture de la coiffe. Un aller-retour de la machine à coudre à ce niveau, constitue une couture de renfort. La boucle est à rouleau et 1 ardillon, au bout de la jugulaire gauche, longue de 10 à 12,5 cm. La jugulaire droite, d'une longueur de 32 à 33 cm, est coupée en pointe à son extrémité.
Ce type de coiffe précoce se retrouve plus spécialement sur des casques Quist.

Jugulaire années 50.
Jugulaire années 50.
Boucle vue extérieure.
Boucle vue extérieure.
Ardillon ouvert.
Ardillon ouvert.
Boucle vue intérieure.
Boucle vue intérieure.
Disposition des rivets et rondelles.
Disposition des rivets et rondelles.


L'ensemble est fixé à la bombe par des rivets en forme d'attache parisienne. Le jeu est rattrapé par une ou plusieurs rondelles de liège suivant les tailles respectives de la bombe et de la coiffe. Les lames du rivet traversent simplement le cerclage et sont repliées à l'intérieur sans contre-rivet.











Rivets et rondelles de liège.
Rivets et rondelles de liège.
2 rondelles de liège pour la taille 55 (coque 64). Noter la couture arrière en zigzag.
2 rondelles de liège pour la taille 55 (coque 64). Noter la couture arrière en zigzag.
1 rondelle de liège épaisse pour la taille 56 (coque 64).
1 rondelle de liège épaisse pour la taille 56 (coque 64).

Evolution.

On aura remarqué les similitudes avec la coiffe FJ 60 de la "Bundeswehr", qui est postérieure mais du même concepteur et qui possède le même système de fixation avec des rondelles de liège, la même découpe des dents en cuir plein. On y retrouve également une amélioration apportée à la I-31/50, à la fin des années 50 : un dispositif anti-oppression. Il consiste en une série de perforations frontales de 0,9 à 1 mm de diamètre, disposées en 5 rangées horizontales de 39 trous.
Autres changements de la I-31/50, apparition de contre-rivets et disparition du renfort de couture sur la base de la jugulaire. Celle-ci n'est plus retenue au cerclage que par le rivet et la couture périphérique. On note également l'apparition d'une boucle à double rouleau.
Toujours aucun marquage fabricant. Ce type de coiffe intermédiaire se retrouve plus spécialement sur des casques Linnemann & Schnetzer.

Amélioration apportée à la I-31/50, à la fin des années 50 : dispositif anti-oppression.
Amélioration apportée à la I-31/50, à la fin des années 50 : dispositif anti-oppression.
Plus de couture de renfort à la base de la jugulaire.
Plus de couture de renfort à la base de la jugulaire.
Apparition de contre-rivets. Doublage mousse à l'avant.
Apparition de contre-rivets. Doublage mousse à l'avant.
Doublage feutre à l'arrière.
Doublage feutre à l'arrière.
Rivet de fixation de la jugulaire.
Rivet de fixation de la jugulaire.
Bakélite grise.
Bakélite grise.
Dernière évolution, cerclage en matière plastique verte.
Dernière évolution, cerclage en matière plastique verte.
Pas de rondelle de renfort pour le passage du lacet.
Pas de rondelle de renfort pour le passage du lacet.
Boucle à double rouleau, anées 60/70 : vue extérieure.
Boucle à double rouleau, anées 60/70 : vue extérieure.
Ardillon ouvert.
Ardillon ouvert.
Boucle vue intérieure.
Boucle vue intérieure.

Coiffe type Schuberth.

La configuration finale de la coiffe est initiée par la Schuberth Werke.
Les dents du cuir reçoivent les 5 perforations en quinconce de 6 mm de diamètre, comme sur la I-31. Une rondelle de renfort est collé derrière les œillets de passage du cordon de serrage. Le cerclage est désormais en matière plastique translucide et entièrement doublé de mousse relativement fine. Les perforations frontales demeurent et les rivets sont posés sans contre-rivet.
La jugulaire est fixée par un seul rivet et la couture périphérique. Dans les années 70/80 apparaît un 3ème type de boucle sans rouleau.
Toujours aucun marquage fabricant. Ce type de se retrouve plus spécialement sur des casques Linnemann & Schnetzer.

Vue de face.
Vue de face.
Vue de coté.
Vue de coté.
Arrière du cerclage, extérieur et intérieur.
Arrière du cerclage, extérieur et intérieur.
Passage du rivet perforé au poinçon.
Passage du rivet perforé au poinçon.
les différentes perforations du cuir.
les différentes perforations du cuir.
Rondelle de renfort.
Rondelle de renfort.
Lacet de serrage.
Lacet de serrage.
Indication de la taille et couture arrière.
Indication de la taille et couture arrière.
Fixation de la jugulaire.
Fixation de la jugulaire.
Fixation de la jugulaire (intérieur).
Fixation de la jugulaire (intérieur).
Les 2 demi-jugulaires.
Les 2 demi-jugulaires.
Boucle sans rouleau, anées 70/80.
Boucle sans rouleau, anées 70/80.
Boucle sans rouleau, envers.
Boucle sans rouleau, envers.

Modèle à pontets.

En 1954-1955, les firmes Becher & Co, C Riese et Larsen fournissent à leur tour, les garnitures I-31/50 de la police berlinoise. Les coques sont des Quist.
Ces coiffes diffèrent du modèle Römer par divers détails, dont le principal est la jugulaire amovible grâce à des pontets solidaires du cerclage. Ces pontets sont enchapés dans une petite sangle de même nature que la jugulaire. Le tout est fixé au cerclage par deux rivets, mais n'est pas pris dans la couture périphérique.
Le cerclage est en bakélite marron-beige, il présente deux échancrures semi-circulaires dégageant les évents. Les perforations destinées aux rivets sont usinées et non percées au poinçon.
Le bandeau de cuir n'est pas fermé par une couture zigzag, mais par une double couture plate. Le lacet de serrage est en cuir. Les perforations des dents permettant son passage, sont renforcées par une rondelle de cuir.
Les jugulaires s'attachent aux pontets à l'aide d'un bouton métallique passant dans 2 fentes, comme sur les coiffes I-31.

Coiffe Becher & Co à jugulaire amovible.
Coiffe Becher & Co à jugulaire amovible.
Vue de coté.
Vue de coté.
Fixation du pontet au cerclage.
Fixation du pontet au cerclage.
Fixation du pontet au cerclage, vue intérieure.
Fixation du pontet au cerclage, vue intérieure.
Jugulaire boutonnée.
Jugulaire boutonnée.
Vue de profil.
Vue de profil.
Double couture plate à l'arrière.
Double couture plate à l'arrière.
Lacet en cuir et rondelle de renfort.
Lacet en cuir et rondelle de renfort.

Ces coiffes sont les seules I-31/50 possédant des marquages fabricant. Nous n'avons cependant, pas pu trouver d'exemplaire Larsen.
Curieusement, les coiffes Becher & Co se distinguent de celles des autres fabricants par un marquage atypique de la taille. En effet il indique une fourchette de 3 tailles comme si la coiffe était réglable, or elle ne l'est en aucune façon. S'agit-il d'un projet de réglabilité avorté ? Aucune explication n'a pu être trouvée.

Marquage fabricant Becher & Co, date et tampon du Polizeipräsidium Berlin Großberlin.
Marquage fabricant Becher & Co, date et tampon du Polizeipräsidium Berlin Großberlin.
Marquage fabricant C. Riese et tampon du Polizeipräsidium Berlin.
Marquage fabricant C. Riese et tampon du Polizeipräsidium Berlin.
3 marquages de taille, spécifiques du fabricant Becher & Co.
3 marquages de taille, spécifiques du fabricant Becher & Co.
3 marquages de taille, spécifiques du fabricant Becher & Co.
 
3 marquages de taille, spécifiques du fabricant Becher & Co.
 

Les peintures :

Après la guerre, les casques portés par la police sont noirs. Au début des années 50, les nouveaux casques M35/50 sont peints en vert foncé satiné et les quelques anciens casques noirs qui resteront en service sont repeints également en vert. Il existe aussi des casques vert brillant pour la parade.
La "Bepo" de Berlin peint ses casques en marron. Suite au passage à la couleur bleu pour les tenues en 1956, les casques devraient passer au gris, mais il semble qu'il faudra attendre la conversion au M35/53 en 1961 pour voir apparaître cette teinte.

Vert foncé satiné.
Vert foncé satiné.
Vert brillant (parade).
Vert brillant (parade).
Casque marron de la Bepo Berlin.
Casque marron de la "Bepo" Berlin.
Casque noir repeint en vert.
Casque noir repeint en vert.

Les insignes :

Le Bade-Wurtenberg, la Bavière, la Brême, Hambourg et la Saar apposent une décalcomanie aux armes du "Land" en position traditionnelle sous l'évent gauche. L'insigne du Bade-Wurtenberg est parfois collé, par erreur, sur son recto, faisant regarder les lions vers la droite.
La Brême et Hambourg le complètent d'un écusson aux couleurs de la RFA, positionné coté droit.
Les autres "Länder" n'affichent aucun insigne.

Ecusson du Bade-Wurtenberg.
Ecusson du Bade-Wurtenberg.
Ecusson de la Bavière avant 1967.
Ecusson de la Bavière avant 1967.
Ecusson de la Bavière de 1967 à 1986.
Ecusson de la Bavière de 1967 à 1986.
Ecusson de la Bavière de 1986 à 1990.
Ecusson de la Bavière de 1986 à 1990.
Ecusson de la Brême.
Ecusson de la Brême.
Ecusson de Hambourg.
Ecusson de Hambourg.
Ecusson de la Saar (rare).
Ecusson de la Saar (rare).
Ecusson aux couleurs nationales (coté droit).
Ecusson aux couleurs nationales (coté droit).

Informations.La liste ci-dessus est exhaustive. Il circule des casques tout à fait fantaisistes munis d'autocollants touristiques, comme par exemple de Berlin ou du Schleswig-Holstein


Les précurseurs

Les casques produits avant 1945 réutilisés :

En mai, immédiatement après la capitulation, la police allemande perd son statut militaire. Elle utilise cependant, les casques en sa possession, M34 noirs dénazifiés, ou SH35 de la "Wehrmacht", repeints en noir ou en vert selon les "Länder". Certains portent sur l'avant l'inscription "POLIZEI" peinte en blanc, au pochoir. Les coiffes sont en général des coiffes de pompiers.

M34.

Vue de profil.
Vue de profil.
Vue de dessous.
Vue de dessous.

M42.

Vue de profil.
Vue de profil.
Il a reçu une coiffe de pompier.
Il a reçu une coiffe de pompier.

Les VDN "post-war" :

La firme Vereinigte Deutsche Nickelwerke AG à Schwerte (marquage NS pendant la guerre et VDN actuellement) finalise après 1945 des casques M40 issus des matrices du temps de guerre. Les coques sont marquées comme avant 45 du code NS suivi de la taille sous l'aile gauche et du numéro de lot sous le couvre-nuque. Tous sont de taille 64, les lots sont numérotés de B1 à B8.
Les lots B1 à B4 sont des casques noirs destinés à la police, les coiffes sont en général du type pompier. Certains de ces casques sont restés en service et seront repeints en vert, munis de coiffes I-31/50. De nombreux autres seront réutilisés par les pompiers.
Nous n'avons aucune précision sur le lot B5.
Les lots B6 à B8 sont des fabrications légères (800 g) avec des aérations salière comme les M34 tout en conservant la forme d'un M40. Le marquage NS est surchargé des lettres "V" et "D" pour former VDNS. Un certain nombre est livré à la police de la Hesse, munis d'une coiffe spécifique.

Lots B1 à B4.

M40 noir NS 64 du lot B3, repeint en vert et réutilisé par la police de Bavière, encore en service après 1986.
M40 noir NS 64 du lot B3, repeint en vert et réutilisé par la police de Bavière, encore en service après 1986.
Vue arrière, le noir initial apparait sous les éclats de la peinture verte.
Vue arrière, le noir initial apparait sous les éclats de la peinture verte.
Il a reçu une coiffe Römer précoce.
Il a reçu une coiffe "Römer" précoce.
Marquages.
Marquages.
Casque du lot B1 réutilisé par les pompiers.
Casque du lot B1 réutilisé par les pompiers.
L'intérieur a conservé la teinte noire initiale.
L'intérieur a conservé la teinte noire initiale.
Marquages.
Marquages.

Lots B6 à B8.

Les exemplaires connus de ces casques appartiennent à la police de la Hesse. La forme de la coque reste celle du M40, malgré les évents salière, ce qui laisse supposer qu'elle a été emboutie sur les même matrices que les lots B1 à B4. Le métal est plus léger, le casque pèse environ 800 g. La coiffe est spécifique.

Casque du lot B6 livré à la police de la Hesse.
Casque du lot B6 livré à la police de la Hesse.
Vue arrière.
Vue arrière.
Marquages. NS est surchargé des lettres V et D pour former VDNS.
Marquages. NS est surchargé des lettres V et D pour former VDNS.
Coiffe spécifique de type Riddel.
Coiffe spécifique de type Riddel.

La coiffe est de type Riddel" sur la base d'un cerclage en bakélite grise. Les 3 sangles de forte toile en "V" y sont fixées par une couture médiane.
Une autre couture sur le bas du cerclage retient un large bandeau de cuir, faisant office de bandeau de sudation et une bande de mousse orange. Ces coutures retiennent également entre la mousse et le cerclage, une bande de feutre gris. Le cuir est retourné sur ces deux doublures. Il possède un dispositif anti-oppression composé de cinq rangées de vingt perforations frontales.
La jugulaire est fixée au cerclage par un gros rivet. Elle n'est pas amovible et possède un réglage composé de deux boucles coulissantes. Six carrés de mousse grise isolent le cerclage de la bombe. Ils sont situés à la base de chaque sangle. Trois sont fixés sur le cerclage, les trois autres sont simplement maintenus par les rivets de fixation à la bombe. Ceux-ci sont du modèle classique à lames (attache parisienne).

Vue de profil. Les tampons amortisseurs supplémentaires sont tenus par les rivets de fixation.
Vue de profil. Les tampons amortisseurs supplémentaires sont tenus par les rivets de fixation.
Fixation de la jugulaire sur le cerclage en bakélite grise.
Fixation de la jugulaire sur le cerclage en bakélite grise.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Vue de dessous.
Vue de dessous.
Perforations anti-oppression.
Perforations anti-oppression.
Doublure en mousse orange immédiatement sous le bandeau de cuir.
Doublure en mousse orange immédiatement sous le bandeau de cuir.
Les deux coutures du cerclage.
Les deux coutures du cerclage.
Bandeau de feutre sous la mousse orange. Tête du rivet de jugulaire.
Bandeau de feutre sous la mousse orange. Tête du rivet de jugulaire.
Couture arrière et marquage de la taille.
Couture arrière et marquage de la taille.
Réglage de la jugulaire par deux boucles coulissantes.
Réglage de la jugulaire par deux boucles coulissantes.

Quelques exemples

M42 reconditionné, fin des années 40.
M42 Q64 reconditionné, fin des années 40.

M40 post-war, NS 64 lot B3, Bavière (insigne final).
M40 post-war, NS 64 lot B3, Bavière (insigne final).

M40 post-war, NS 64 lot B3, Bavière (insigne final).
M40 post-war en métal léger, NS 64 lot B6, Hesse.

M35/50, Q 64, modèle général, Land sans insigne.
M35/50, Q 64, modèle général, "Land" sans insigne.

M35/50, LS 66, Bade-Wurtenberg.
M35/50, LS 66, Bade-Wurtenberg (avec insigne inversé).

M35/50, LS 64, Bavière (insigne précoce).
M35/50, LS 64, Bavière (insigne précoce).

M35/50, LS 64, Bavière (insigne intermédiaire).
M35/50, LS 64, Bavière (insigne intermédiaire).

M35/50, LS 64, Bavière (insigne final).
M35/50, LS 64, Bavière (insigne final).

M35/50, fabricant inconnu : 4 rivets, Bavière (insigne final).
M35/50, fabricant inconnu : 4 rivets, Bavière (insigne final).

M35/50, Q 64, Bepo Berlin (peinture précoce).
M35/50, Q 64, "Bepo" Berlin (peinture précoce).

M35/50, LS 64, Breme.
M35/50, LS 64, Breme.

M35/50, LS 64, Hambourg.
M35/50, LS 64, Hambourg.

M35/50, Q 64, Saar.
M35/50, Q 64, Saar.

Parallèlement aux casques M35/50, les polices locales utilisent également, à la fin des années 40, des M34 reconditionnés puis, après 1950, des M34 de fabrication contemporaine.


M34 reconditionné, années 1945-1950.
M34 reconditionné, années 1945-1950.

M34 post-war, LS, Bavière années 1950-1967.
M34 post-war, LS, Bavière années 1950-1967.

M34 post-war, LS, Bavière années 1967-1986.
M34 post-war, LS, Bavière années 1967-1986.


[Fiche] - [Historique] - [La coque M50] - [La coiffe I-31/50] - [Peintures et insignes] - [Les précurseurs] - [Les VDN post war] - [Exemples]

Rédaction et mise en page : Pierre de Hovre (Cascophile)
Photos et documentation : Gilles (Trimaze)

Sources et bibliographie :
- History of the German Helmet, Ludwig Baer.
- German helmet lot numbers, par Brian Ice.
- Le forum Wehrmacht awards.

© La reproduction des photos et documents provenant de collections privées est strictement interdite.