Australie

Australie

Casque Mark II

Fiche

  • Dénomination : "Helmet, Steel", Mark II.
  • Destiné à une utilisation générale.
  • Coiffe en toile cirée montée sur une armature en fibres vulcanisées.
  • Jugulaire en toile à ressort de type Mark II.
  • Caractéristique : copie du casque Mark II britannique.
  • Fabriqué à partir de 1940.
  • Distribué à partir de 1940.
  • Pays d'origine : Angleterre/Australie.
  • Période d'utilisation : de 1940 jusqu'aux années 50.
  • Matériaux : acier au manganèse.
  • Poids : 1120 g.
  • Taille : unique (7 tailles de coiffe).
  • Couleur : vert kaki à vert olive granitée pour l'armée, gris/bleu pour la marine, et noir pour les services auxiliaires.
Preview

Historique

Casque australien Mark I. Casque australien Mark I. Casque australien Mark I.
Troupes australiennes sur le front français coiffées de casques Mark I de fabrication britannique.

Ancienne colonie Britannique, l'Australie obtient son indépendance le 1er janvier 1901 avec la création du "Commonwealth" Australien, après concertation des six anciennes colonies.
Toujours membre du "Commonwealth" britannique, l'Australie envoie plus de 400 000 hommes combattre auprès des Alliés contre l'Allemagne, l'Autriche-Hongrie et la Turquie au cours de la première guerre mondiale.
Combattant ainsi auprès des troupes anglaises, les soldats australiens furent équipés essentiellement de matériel britannique. Avec l'arrivée du casque Adrian sur les têtes des soldats français à l'été 1915, le "War Office" se tourne vers l'ingénieur John Leopold Brodie pour la fabrication d'un casque de combat. Ce dernier propose un brevet de casque de fabrication simple, protégeant suffisamment la tête et les épaules d'un soldat abrité dans une tranchée.
Deux prototypes furent d'abord construits suivant le brevet original de Brodie : le type A et le type B. Suite aux essais sur le terrain, le casque type A en acier doux, est choisi et distribué sous la désignation de "Brodie's Steel Helmet - War Office pattern".
En octobre 1915, il est décidé de fabriquer ce modèle avec de l'acier au manganèse amagnétique, qui présente une résistance triplement supérieure à l'acier doux. Le "War office" décide d'adopter une nouvelle coiffe et une nouvelle jugulaire, fixées à la coque par un rivet sommital, et de poser un jonc en acier doux sur la bordure du casque. Ce casque modifié est désigné "Helmet, Steel, Mark I" et fut distribué à l'ensemble des pays équipés par l'armée britannique (Australie, Canada, Nouvelle-Zélande et Portugal).
Malgré l'adoption de ce casque par l'ensemble des troupes venues d'Australie, certaines unités australiennes montèrent à l'assaut coiffées du chapeau de brousse ("Slouch Hat"), typique de cette armée, par manque d'approvisionnement en casque Mark I, notamment à Fromelles en juillet 1916.
Bien que les troupes australiennes furent coiffées de casques Mark I durant la grande guerre, ce casque ne fut pas adopté de manière officielle, l'armée australienne restant coiffée du typique "Slouch Hat".
En 1936, le "War office" britannique entame des pourparlers avec la firme "Helmets Ltd" pour la conception d'une nouvelle coiffe facilement amovible et d'une nouvelle jugulaire. Ces éléments doivent être amagnétiques. Ils seront désignés Mark I. C'est ainsi que sont montés dans des coques Mark I datant de la grande guerre : une coiffe Mark I, fixée par une vis sommitale Mark I, ainsi qu'une jugulaire à ressorts Mark I. Le jonc magnétique d'origine demeure ainsi que les fourreaux en acier doux. Ces derniers seront remplacés début 1937 par des fourreaux Mark I amagnétiques, en inox. Les casques ainsi obtenus sont désignés "Helmet, Steel, Mark I *". Ces modifications ne sont pas suivies par l'Australie, malgré un équipement calqué sur le modèle britannique.
Avec l'engagement de l'Australie auprès de l'Angleterre dans la seconde guerre mondiale dès le 3 septembre 1939, l'armée australienne dut moderniser son équipement sur la base de l'équipement britannique et ainsi adopta le nouveau modèle britannique désigné "Helmet, Steel, Mark II". Ce modèle fut adopté en Angleterre dès 1938, lorsque la nécessité d'emboutir de nouvelles coques se fit sentir, d'autant que le Ministère de l'Intérieur avait aussi besoin de casques pour les services de police, pompiers et défense passive. Les matrices ayant été détruites juste après la guerre, le Ministère de la Guerre et celui de l'Intérieur s'accordent en 1938, pour financer la fabrication d'un nouveau modèle. Sensiblement identique à la coque Mark I, la nouvelle coque Mark II est munie d'un jonc amagnétique en inox. La coiffe Mark I avec une vis sommitale Mark I, sont conservées, tandis qu'une jugulaire Mark II, à ressorts plus petits et des fourreaux de jugulaire Mark II sont mis au point.
La production de ce modèle débute seulement en 1940 en Australie avec quelques modifications par rapport au modèle britannique. Le jonc en inox n'est pas retenu et la coiffe est sensiblement modifiée par les usines chargées de sa fabrication selon les matières premières et procédés de fabrication qui diffèrent de l'Angleterre située à l'autre bout du globe.
La production des bombes est attribuée à la firme australienne de la société américaine Commonwealth Steel Compagny Pty Limited fondée en 1901 et dont le siège social est basé à Granite City dans l'Illinois.

Helmet, Steel, Mark I.
"Helmet, Steel, Mark I".
Fabrication casque Mark II. Fabrication casque Mark II. Fabrication casque Mark II. Fabrication casque Mark II.
Fabrication casque Mark II. Fabrication casque Mark II. Fabrication casque Mark II. Fabrication casque Mark II.
Fabrication et essai balistique.

La fabrication des bombes Mark II fut aussi confiée à la société Lysaght fondée en 1880, spécialisée dans la galvanisation d'éléments métalliques et qui participa à l'effort de guerre pour la fabrication de casques, caisses de munitions, jerricans, munitions et aluminium pour la construction aéronautique.
L'acier fut fourni par la firme John Heine & Son Pty Ltd. de Sydney fondée en 1886 par John Heine émigré d'Angleterre qui se spécialisa dans la presse et la découpe métallique.
La fabrication des coiffes fut initialement confiée à la branche australienne de la firme Dunlop, puis sera aussi confié aux firmes Advanx Tyre & Rubber Company Pty. Ltd et LP Ltd., toutes trois spécialisées dans la fabrication de pneumatiques et autres matières à base de caoutchouc. On estime qu'environ 2 000 000 de casques Mark II furent fabriqués entre 1940 et 1945 par l'Australie, dont une certaine quantité fut attribuée à la Nouvelle-Zélande et à l'Inde.
Les troupes australiennes seront déployées essentiellement dans le Pacifique, ainsi qu'en Afrique du Nord et en Europe.
Bien que le casque Mark II australien suit les évolutions apportées au modèle britannique, ce dernier ne sera jamais copié dans l'intégralité de ses modifications. Le casque "Helmet, Steel, Mark III" adopté en 1943 ne sera d'ailleurs pas adopté par l'Australie qui préférera se tourner vers le casque américain M-1 au lendemain de la seconde guerre mondiale.

    Plus

Le casque anglais Mark II !

Casque australien Mark II. Casque australien Mark II. Casque australien Mark II.
Casque australien Mark II. Casque australien Mark II. Casque australien Mark II. Casque australien Mark II.

Constitution

La coque :

Vue de biais (autre exemplaire).
Vue de biais (exemplaire fabriqué en 1940).
 
Vue avant.
Vue avant (exemplaire fabriqué en 1942).
 
Vue de côté.
Vue de côté.
Vue de dessus (1940).
Vue de dessus (1940).
Vue de dessus (1942).
Vue de dessus (1942).
Exemplaire dont la peinture est texturée à l'intérieur, fabriqué en 1940.
Exemplaire dont la peinture est texturée à l'intérieur, fabriqué en 1940.
Peinture texturée avec du sable.
Peinture texturée avec du sable.
Notice sur la couleur des casques.

Contrairement à l'Angleterre qui débute la production du casque Mark II dès 1938, après avoir préalablement reconditionné un grand nombre de casques Mark I fabriqués durant la première guerre mondiale, l'Australie débute la production du casque Mark II visiblement en 1940, sans avoir reconditionné de casques Mark I auparavant.
Les faibles stocks de la première guerre mondiale épuisés, il est décidé d'emboutir de nouvelles coques sur la base du casque Mark II britannique. Ces nouveaux casques seront dénommés "Helmet, Steel, Mark II" à l'instar de l'Angleterre.
La coque Mark II affecte une forme très proche de la Mark I, elle est simplement légèrement plus ogivale. Elle est toujours emboutie dans de la tôle d'acier au manganèse amagnétique et est fabriquée en taille unique.

Après emboutissage de la bombe, la bordure du casque est découpée puis ébavurée et est laissée nue contrairement au casque Mark II britannique qui reçoit un jonc en acier inoxydable amagnétique fermé à l'arrière.
La coque est ensuite percée de trois trous, un en son sommet pour la fixation de la coiffe, et un trou de chaque côté pour la mise en place des fourreaux de jugulaire chacun d'eux fixé par un rivet mécanique.
Les premières fabrications semblent avoir reçu une couche d'apprêt de couleur rouge avant mise en couleur, d'après une observation réalisée sur un exemplaire muni de fourreaux de jugulaire de type Mark II datés de 1940. Cette pratique fut vraisemblablement rapidement abandonnée. Les casques distribués aux forces armées furent peints de couleur vert kaki granité, aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur pour les premières fabrications, puis rapidement mat à l'intérieur et granité à l'extérieur du casque.
Avec l'apparition de la coiffe Mark II dès l'année 1940 et la nouvelle vis de maintien qui est matée après mise en place (ce qui rend le démontage compliqué), l'extérieur est repeint sur une première couche. Du sable, dont le grain peut varier de fin à moyen, est ajouté à la peinture afin d'obtenir un effet granité qui est donc aussi appliqué sur l'écrou de fixation placé à l'extérieur.
Les casques destinés aux organismes auxiliaires comme la police ou la défense civile furent peints de couleur noir mat.

"Royal Australian Navy".

Vue de biais.
Vue de biais.
Vue intérieure.
Vue intérieure.

Les casques destinés à la Royal Australian Navy furent peints de couleur gris/bleu mat uniformément sur les deux faces du casque.

Marquage.

Commonwealth Steel Compagny Pty Limited.

Commonwealth Steel Compagny Pty Limited. Commonwealth Steel Compagny Pty Limited. Commonwealth Steel Compagny Pty Limited. Commonwealth Steel Compagny Pty Limited. Commonwealth Steel Compagny Pty Limited. Commonwealth Steel Compagny Pty Limited.
Exemples de marquages appliqués par la société Commonwealth Steel Compagny Pty Limited sur la bordure du casque.

La production du casque Mark II australien fut assurée par la société Commonwealth Steel Compagny Pty Limited, société américaine fondée en 1901 et dont le siège social est basé à Granite City dans l'Illinois. Ces fabrications sont identifiées par le marquage CS suivi d'un numéro de lot estampé sur la bordure intérieure de la visière du casque.

Lysaght.

Lysaght. Lysaght. Lysaght. Lysaght.
Exemples de marquages appliqués par la société Lysaght sur la bordure du casque.

La fabrication fut aussi confiée à la société Lysaght fondée en 1880, spécialisée dans la galvanisation d'éléments métalliques et qui participa à l'effort de guerre pour la fabrication de casques, caisses de munitions, jerricans, munitions et aluminium pour la construction aéronautique.
Ces fabrications semblent être identifiées par un simple numéro de série pouvant comporter la lettre L en référence à la raison sociale de cette société.

"Broad arrow".

L.C. (fond de la bombe).
L.C. (fond de la bombe).
L.C. (fond de la bombe).
L.C. (fond de la bombe).
L.C. (fond de la bombe).
L.C. (fond de la bombe).
H.L. (fond de la bombe).
H.L. (fond de la bombe).
J.S. (bordure).
J.S. (bordure).
Broad arrow estampé.
"Broad arrow" estampé.

Les casques australien Mark II ont la particularité de présenter un marquage appliqué au tampon encreur de couleur noire généralement situé au fond de la bombe, plus rarement sur la bordure intérieure du casque et parfois sur l'extérieur d'un des arceaux de la coiffe (généralement peu visible en raison de la couleur noire de l'armature de la coiffe).
Ce marquage comporte la "broad arrow" (phéon, type de flèche ou de pointe de lance, qui a été adapté dès le 16ème siècle par le gouvernement britannique pour marquer la propriété militaire ou navale) surmontant deux lettres séparées de points. On retrouve les combinaisons L.C., H.L. et J.S., faisant sans doute référence à un district militaire ayant réceptionné le casque.
Plus rarement, on peut observer une "broad arrow" estampée à froid sur la bordure intérieure du casque.

La coiffe :

Mark I.

En 1936, le "War Office" britannique demande à la firme "Helmets Ltd" d'étudier une nouvelle garniture intérieure, amagnétique. Tous ses éléments porteront la désignation Mark I et seront adoptés par l'Australie dès le début de la production du casque Mark II en 1940 : La garniture intérieure est dorénavant fixée à la bombe par un ensemble vis-écrou, en lieu et place du rivet primitif. Elle est ainsi facilement démontable.
La vis en laiton mesure 9,7 mm de long. Sa tête est plate et son diamètre est de 13,25 mm. Elle est pourvue d'une large fente permettant de la manœuvrer, aussi bien avec un tournevis qu'avec une pièce de monnaie.
L'écrou est rond et d'un diamètre similaire, avec une face bombée pour épouser le fond de l'armature. Il est logé dans l'alvéole du tampon sommital, évitant ainsi le contact avec la tête du porteur.
L'armature de la nouvelle coiffe est constituée par un bandeau circulaire en fibres noyées dans du caoutchouc blanc (alors qu'elles sont galvanisées et de couleur noire pour une coiffe de fabrication britannique), de 33 mm de large, surmonté de deux arceaux de même matière, de 26 mm de large.
Le bandeau est maintenu fermé sur le côté droit, par trois rivets œillet éclatés en étoile en cuivre nickelé (l'assemblage est effectué par rivet fendu pour une coiffe de confection britannique). Les arceaux sont fixés en croix, avant-arrière et gauche-droite, sur le bandeau. Chaque arceau est maintenu par deux rivets œillet éclatés en étoile en cuivre nickelé. Ils sont solidarisés au sommet par un rivet-œillet dans lequel passera la vis sommitale de fixation à la coque.
Un tampon de protection ovale en caoutchouc-mousse recouvert de toile cirée de couleur noire est fixé à l'intérieur du sommet. Ses axes sont de 125 x 102 mm. Son épaisseur est de 13 mm. Il est maintenu aux quatre points cardinaux, sur chaque arceau, par un rivet œillet en cuivre nickelé. Un trou circulaire est ménagé au centre, pour permettre de visser l'écrou sommital.
Le bandeau est doublé intérieurement par une bande de caoutchouc mousse de 23 mm de large, recouverte de toile.
La coiffe proprement dite est constituée par une bande de toile cirée, festonnée à cinq dents ogivales. Elle est cousue sur le bandeau circulaire de l'armature. Le haut de chaque dent est ourlé par deux traits de coutures parallèles de façon à former une ganse, dans laquelle passera le cordonnet de serrage. Suite à cette opération les dents deviennent trapézoïdales.
Les coiffes sont déclinées en sept tailles, allant de 6"¼ à 7"¾, avec une progression de ¼".
Les coques étant de taille unique, le jeu est rattrapé par des tampons de 45 x 25 mm, fixés sur l'armature, quatre sur le bandeau et un, en position tête-bêche, sur chaque arceau. Chaque tampon est constitué d'une lamelle de caoutchouc-mousse repliée sur elle-même, la fixation se fait par deux rivets œillet en cuivre nickelé, disposés sur une petite plaque de toile caoutchoutée de couleur blanche de 18 mm, à son extrémité. L'autre extrémité comportant le repli est laissée libre.
L'épaisseur varie avec les tailles, par exemple : 5 mm pour la taille 7. Les coiffes de taille 7"¾ sont dépourvues de tampons.
La coiffe Mark I fut fabriquée uniquement en 1940 par la branche australienne de la firme anglaise Dunlop, spécialisée dans la fabrication de pneumatique. Ces coiffes sont identifiées par le marquage DUNLOP appliqué au tampon encreur sur un des arceaux de la coiffe.

Mark II.

Vue avant.
Vue avant.
Intérieur.
Intérieur.
Vue de côté, avec jointure cerclage.
Vue de côté, avec jointure cerclage.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Tampon amortisseur fendu.
Tampon amortisseur fendu.
En place sur arceau.
En place sur arceau.
En place sur cerclage.
En place sur cerclage.
Tampon amortisseur rond, sur cerclage.
Tampon amortisseur rond, sur cerclage.
Croisillon, envers.
Croisillon, envers.
Revers.
Revers.
Autres variantes de croisillon. Autres variantes de croisillon. Autres variantes de croisillon.
Autres variantes de croisillon.
Ecrou de type Mark I. Ecrou de type Mark I. Vis de type Mark II avec rondelle.
Maintien de la coiffe par une vis de type Mark II doublée d'une rondelle et un écrou de type Mark I placé à l'extérieur, l'ensemble est maté pour empêcher le démontage.
Coiffe avec tampons amortisseur fendus.
Coiffe avec tampons amortisseur fendus.
Coiffe avec tampons amortisseur ronds.
CCoiffe avec tampons amortisseur ronds.

A l'instar des productions britanniques, les premiers casques Mark II australiens produits sont équipés de la coiffe Mark I.
En Angleterre, on se rend compte début 1939 que sa confection est ralentie par le grand nombre de rivets employés pour la fixation des différents tampons. Ce rivetage prend beaucoup de temps, aussi décide-t-on de simplifier ce montage pour diminuer la durée de confection. C'est le fabricant "Briggs Motor Bodies" (B.M.B) qui est chargé de cette étude en collaboration avec la firme "Empire rubber Co" spécialisée dans le caoutchouc. La nouvelle coiffe est adoptée le 21 juin 1939, sous la désignation Mark II. Ce type de coiffe ne sera adoptée qu'au cours de l'année 1940 en Australie avec quelques modifications par rapport au modèle britannique.
La coiffe Mark II est dérivée de la Mark I. Elle en conserve l'armature en fibres caoutchoutées, de couleur noire désormais.
La coiffe proprement dite, en toile cirée, reste inchangée. Elle se décline toujours en sept tailles, allant de 6"¼ à 7"¾, avec une progression de ¼".
Les modifications interviennent uniquement au niveau des tampons. Le tampon sommital en caoutchouc mousse est remplacé par un tampon monobloc en caoutchouc moulé, maintenu simplement par la vis sommitale doublée d'une rondelle en laiton.
Il est de forme cruciforme pour s'adapter aux arceaux et de profil arrondi pour épouser le fond du casque. Il se présente sous la forme d'une croix celtique, avec un cylindre central de 57 mm de diamètre, et aux points cardinaux, quatre branches carrées de 25 mm de côté. Le dos est alvéolé afin d'apporter de la souplesse à cette pièce, qui est fabriquée en mousse de caoutchouc pour le modèle britannique.
Une alvéole cylindrique de 22 mm de diamètre, ou de forme carrée et 13 mm de profondeur, est ménagée au centre du cylindre, elle abritera la vis sommitale doublée d'une rondelle en laiton.
Deux rainures en croix, de 26 mm de large, sont pratiquées sur sa face externe, dans l'axe de ses branches. Elles lui permettront de rester solidaire des arceaux et de ne pas pivoter.
Son épaisseur est de 17 mm au niveau des branches et de 20 mm au niveau du cylindre central. Ces dimensions peuvent légèrement varier d'un fabricant à l'autre.
Les tampons latéraux, en caoutchouc-mousse plié, sont remplacés par des petits blocs de caoutchouc moulé maintenus à l'armature de la coiffe par une grande agrafe métallique. Ces tampons existent en deux versions : Le modèle le plus courant prend la forme d'un pavé rectangulaire dont la face extérieure est arrondie par jointure de ses deux longueurs formant une bande repliée sur le dessus et formant ainsi une alvéole longitudinale. Ce type de tampon est maintenu par une agrafe métallique traversant sa face intérieure et l'armature de la coiffe. Ils sont disposés horizontalement sur le cerclage et verticalement sur les arceaux de l'armature de la coiffe.
La seconde version de tampon rencontrée est de forme tronconique moulée en caoutchouc.
La coiffe Mark II est montée dans la bombe à l'aide d'une vis de type Mark II en laiton, qui fait son apparition en Angleterre en août 1940. Son filetage est rallongé à 9,375 mm. Cette vis est employée à l'intérieur du casque Mark II australien avec une rondelle en laiton, et l'écrou Mark I reste utilisé à l'extérieur désormais. L'ensemble est maté pour en empêcher le déserrage.

Marquage fabricant.

Advanx Tyre & Rubber Company Pty. Ltd

Coiffe Advanx, taille 7, fabriquée en novembre 1942.
Coiffe Advanx, taille 7, fabriquée en novembre 1942.
Coiffe Advanx, taille 7, fabriquée en 1943.
Coiffe Advanx, taille 7, fabriquée en 1943.

Parmi les coiffes dont la fabrication est identifiée par la raison sociale du fabricant, on trouve la société Advanx Tyre & Rubber Compagny Pty. Ltd, identifiée par le marquage Advanx appliqué à l'intérieur du cerclage de l'armature en fibres caoutchoutées de la coiffe. Cette société, aujourd'hui disparue, était spécialisée dans la confection de pneumatiques.
Ce marquage, appliqué au tampon encreur de couleur blanche, évolue au cours de la production de ces coiffes. D'abord écrit en arc de cercle sur la partie basse de la raison sociale et rectiligne en haut, ce marquage évolue plus tard par un tampon appliqué en lettres capitales. La date, initialement appliquée en mois/année sur 2 chiffres chacun, évolue sur l'année seulement sur quatre chiffres.

Dunlop Tyre.

Coiffe Dunlop, taille 7, fabriquée en mai 1942.
Coiffe Dunlop, taille 7, fabriquée en mai 1942.
Coiffe Dunlop, taille 7, fabriquée en juin 1942.
Coiffe Dunlop, taille 7, fabriquée en juin 1942.
Coiffe Dunlop (marquage noir), taille 7¼, fabriquée en juin 1942.
Coiffe Dunlop (marquage noir), taille 7¼, fabriquée en juin 1942.
Coiffe Dunlop (sans logo), taille 7¼, fabriquée en juillet 1942.
Coiffe Dunlop (sans logo), taille 7¼, fabriquée en juillet 1942.
Coiffe Dunlop, taille 7, fabriquée en octobre 1942.
Coiffe Dunlop, taille 7, fabriquée en octobre 1942.
Coiffe Dunlop, taille 7, fabriquée en novembre 1942.
Coiffe Dunlop, taille 7, fabriquée en novembre 1942.

Initialement fabricant de coiffe Mark I pour le casque Mark II australien, la firme australienne Dunlop est aussi sollicitée pour la production de coiffe de type Mark II. Ces fabrications sont identifiées par le marquage de la firme appliqué sur la face intérieure de la coiffe. Généralement appliqué au tampon encreur de couleur blanche, plus rarement de couleur noire, ce marquage reprend le logo de la société de forme circulaire, et plus rarement en toutes lettres capitales. Ce marquage s'intercale entre la taille de la coiffe et la date de fabrication inscrite en mois/année sur deux chiffres chacun.

LP. Ltd.

Fabrication LP. Ltd, taille 7¼, fabriquées en 1942. Fabrication LP. Ltd, taille 7¼, fabriquées en 1942.
Fabrication LP. Ltd, taille 7¼, fabriquées en 1942.

Un dernier fabricant de coiffe est recensé sans avoir été identifié à ce jour. Ces fabrications présentent l'acronyme de la société : LP. Ltd. Cette mention, tamponnée de couleur blanche sur le revers du cerclage de la coiffe, sépare l'indication de taille et la date de fabrication exprimée en mois/année sur 2 chiffres chacun.

Marquage taille.

Marquage taille - coiffe. Marquage taille - coiffe. Marquage taille - coiffe. Marquage taille - coiffe.
Exemples de marquage de taille appliqué sur le cerclage de la coiffe.

La coiffe Mark II étant vissée à l'aide d'une vis de type Mark II accompagnée d'une rondelle et d'un écrou de type Mark I placé à l'extérieur, tous deux étant matés ensemble pour en empêcher le démontage, l'indication de la taille est souvent appliquée aussi bien sur la coiffe et sur la bombe du casque.
Lorsque la coiffe présente un marquage de fabrication, qui n'est pas systématiquement présent, l'indication de taille est à la fois inscrite au revers du cerclage de coiffe (invisible sans retourner la coiffe en toile cirée) et sur l'envers du cerclage de coiffe visible de l'extérieur, même lorsque la coiffe est assemblée dans le casque.
Cette indication est appliquée au tampon encreur de couleur blanche ou jaune.

Marquage taille - bombe. Marquage taille - bombe. Marquage taille - bombe. Marquage taille - bombe. Marquage taille - bombe.
Exemples de marquage de taille appliqué sur la bordure du casque.

Comme indiqué précédemment, on retrouve des indications de taille appliquées sur la bordure interne de la visière du casque. Généralement appliquée à l'aide d'un tampon encreur de couleur rouge de petite dimension, cette indication peut être appliquée à l'aide d'un pochoir et de la peinture de couleur noire de plus grande dimension.

La jugulaire :

Jugulaire à ressort Mark II.
Jugulaire à ressort Mark II.
Jugulaire à ressort Mark II - envers/revers.
Partie courte avec boucle de réglage (envers/revers). Partie courte avec boucle de réglage (envers/revers).
Partie courte avec boucle de réglage (envers/revers).
Détail passage dans la boucle.
Détail passage dans la boucle.
Marquage broad arrow.
Marquage broad arrow.
Marquage broad arrow.
Marquage broad arrow.

La jugulaire du casque Mark II australien est du type Mark II à ressort. Elle se compose de deux tronçons extensibles, identiques, reliés par un tronçon réglable. Elle est totalement amagnétique.
Chaque tronçon extensible est constitué par deux ressorts à boudin en laiton de 77 mm de long et 5 mm de diamètre. Ils sont reliés d'un côté à un anneau rectangulaire en fil de laiton de section de 2 mm et de dimension 22,5 x 10 mm, destiné à s'insérer dans le fourreau du casque, et de l'autre côté à un anneau rectangulaire plus petit, de dimension 22 x 8 mm environ, sur lequel se fixera le tronçon central réglable. Les ressorts sont enveloppés dans une gaine de coton, séparés par une couture centrale. Celle-ci est plissée en accordéon de manière à suivre l'extension des ressorts.
La partie réglable est composée de deux sangles de "web" de 25,5 mm de large, asservies par une boucle coulissante.
La sangle la plus longue, qui fait 216 mm, est cousue à l'anneau d'un tronçon extensible, l'autre extrémité est repliée et cousue de façon à former un renflement qui l'empêchera de sortir intempestivement de la boucle.
La deuxième sangle, très courte (environ 40 mm une fois montée), est cousue à l'anneau de l'autre tronçon extensible, tandis que son autre extrémité enchape la barre centrale de la boucle coulissante.
Celle-ci, fabriquée en laiton bronzé, mesure 35 x 26 mm. Elle comporte deux alvéoles autour d'une barre centrale. Au milieu de chaque alvéole, prend place un barreau interrompu, en son milieu, par une fente. Ce dispositif permet de monter la grande sangle dans la boucle sans l'enfiler. En effet cette boucle ne sert qu'au réglage et non pas à ouvrir la jugulaire qui reste toujours fermée, la partie extensible permettant de la mettre sous le menton et de l'ôter facilement.
Cette jugulaire est désignée "Strap, Chin, Mark II" et, contrairement au modèle britannique, la trame de la toile de coton de type web employée reste constante tout au long de la production.

Fourreau Mark II.

Fourreau Mark II - 1940. Fourreau Mark II - 1940. Fourreau Mark II - 1940.
Fourreau Mark II - 1940.

Comme le reste des éléments du casque Mark II australien, les fourreaux de jugulaire sont d'abord du type Mark II. Fabriqués à partir d'une plaquette rectangulaire d'acier inoxydable amagnétique de dimension 30 x 22 mm, les angles supérieurs de la plaquette sont rabattus. Sa moitié supérieure reçoit une perforation, destinée au rivet de 9,5 mm qui la solidarisera à la coque. Deux incisions sont pratiquées sur la partie inférieure. La languette ainsi dégagée, est roulée en demi-cylindre pour former le logement de l'anneau de jugulaire. Celui-ci pourra être inséré ou extrait facilement à l'aide d'une lame de tournevis.
Le chiffre II (en chiffre romain) ainsi que l'année de fabrication sur quatre chiffres, sont gravés sur la partie supérieure. On observe uniquement des fourreaux Mark II daté de 1940 sur le casque Mark II australien, ce pourquoi on peut en déduire que la fabrication de ce modèle débuta cette même année.

Fourreau Mark III.

Fourreau Mark II - 1941. Fourreau Mark II - 1942. Fourreau Mark III - non daté.
Fourreau Mark III - 1941 - 1942 et non daté.

En Angleterre, à la fin de l'année 1939, les fourreaux sont modifiés pour faciliter le montage-démontage de la jugulaire. Ils prennent la désignation Mark III. Les fourreaux Mark II sont déclassés. Ce changement intervient en 1941 dans la fabrication des casques Mark II australiens.
Ils sont fabriqués à partir d'une plaquette en laiton de dimension 28,5 x 19 mm. Les angles supérieurs de la plaquette sont arrondis et celle-ci est cintrée pour épouser la forme de la coque. Sa moitié supérieure reçoit une perforation destinée au rivet de 9,5 mm qui la solidarisera à la coque. La partie inférieure et emboutie en "S" pour former le logement de l'anneau de jugulaire. Celui-ci pourra être inséré ou extrait facilement à l'aide d'une lame de tournevis, grâce à l'extrémité relevée du fourreau.
La mention MkIII est estampée sur la partie supérieure (ce qui engendre à tort la désignation du casque australien comme Mark III, alors qu'il ne s'agit que du modèle de fourreau). L'année de fabrication sur quatre chiffres peut accompagner ce marquage pour une fabrication en 1941 et 1942 ; elle semble disparaître en 1943.

Le camouflage additionnel :

L'Australie reprend la fabrication de filet de camouflage de type tissé initialement produit en Angleterre au début de la seconde guerre mondiale par de multiples entreprises de Nottingham, spécialisées dans l'industrie de la dentelle.
Les filets sont constitués d'un carré tissé de couleur vert olive de dimension 16" x 16" (40,64 x 40,64 cm) dont la périphérie est parcourue d'un lacet destiné au maintien sur le casque. Ces filets seront produits en grand nombre par l'Australie en deux versions, une première à petites mailles de 5 millimètres de côté et une seconde variante à mailles moyennes de 1 centimètre de côté.

Filet petite maille.

Filet petite maille, vue à plat.
Filet petite maille, vue à plat.
Détail tissage.
Détail tissage.
Filet en place.
Filet en place.
Maintenu par un cordon.
Maintenu par un cordon.

Filet maille moyenne.

Filet maille moyenne. Filet maille moyenne.
Filets maille moyenne neufs de stock.
 
Etiquette du fabricant. Etiquette du fabricant.
Etiquette du fabricant.
 
Filet maille moyenne en place.
Filet maille moyenne en place.

Filet large maille.

Filet large maille.
Filet large maille.
Maintenu par un cordon.
Maintenu par un cordon.
Filet large maille.
Filet large maille.

Enfin, un filet à larges mailles de 5 centimètres de côté et de type noué, en coton de couleur beige/kaki, sera aussi produit par l'Australie durant la seconde guerre mondiale.

Quelques exemples

Exemple. Exemple.
Casque Mark II australien avec coiffe Mark I arborant un camouflage de type jungle.
 
Exemple. Exemple.
Casque Mark II australien avec coiffe Mark II arborant un camouflage de type tropical.
 
Exemple. Exemple.
Casque Mark II australien utilisé par la police.
 
Exemple. Exemple.
Casque Mark II australien utilisé au sein de la Warden.
 
Exemple. Exemple.
Exemplaire utilisé au sein des organismes auxiliaires (défense civile).
 
Exemple. Exemple.
Autre exemplaire utilisé au sein des organismes auxiliaires (défense civile).