France

France

Casque FELIN

Fiche

  • Dénomination : casque équipé puis FELIN AF.
  • Conçu par Sagem Défense Sécurité et fabriqué par la société MSA en France.
  • Destiné à une utilisation générale.
  • Coiffe assurée par un ensemble de coussinets maintenus par bandes auto-aggripantes.
  • Jugulaire en toile avec mentonnière en typologie 3 points.
  • Fabriqué à partir des années 2007.
  • Distribué à partir des années 2007.
  • Pays d'origine : France.
  • Période d'utilisation : de 2007 à aujourd'hui.
  • Matériau : fibre aramide.
  • Poids : 1565 g (taille S), 1600 g (taille M), 1635 g (taille L).
  • Taille : 3 (S, M ou L).
  • Couleur : vert kaki granité.
Preview

Historique

L'introduction de casques en matière composite intervient au début des années 90 pour répondre à un besoin opérationnel urgent dans le cadre du conflit d'ex-Yougoslavie où l'étude d'un casque dit "Intermédiaire" fut commandée à la division études du SCERCAT (Service Central d'Études et de Réalisations du Commissariat de l'Armée de Terre) par le commissariat de l'armée de terre.
Cette étude fut menée conjointement avec la société CGF Gallet (qui fournissait déjà l'armée française en casques TTA modèle F-1) et écarta rapidement le traditionnel acier au manganèse utilisé jusque-là au profit d'un matériau composite : le "SPECTRA SHIELD", un polyéthylène unidirectionnel à masse molaire très élevée (en anglais "ultra-high-molecular-weight polyethylene", UHMWPE) conçu par l'entreprise américaine Allied Signal, à laquelle s'est associée la société Gallet.
Aussi résistant que le kevlar déjà utilisé dans la fabrication du casque PASGT de l'Armée américaine, ce matériau fut retenu pour sa meilleure souplesse et une densité de 0,97 au lieu de 1,44 pour le kevlar, et possède l'un des rapports résistance/poids les plus élevé parmi les matériaux disponibles.
Les différents prototypes fournis par la société Gallet étant très similaires au casque PASGT américain ayant servi de base aux recherches, la forme du PASGT fut retenue et afin de répondre au besoin urgent, et des moules de casques PASGT furent acquis auprès des États-Unis pour lancer rapidement la fabrication du casque en composite TTA de l'Armée française. Entre 1995 et 2000, un programme d'étude amont de la DGA (Direction Générale de l'Armement) mené par le GECAD (Groupement d'Étude du CombAttant Débarqué) réalisa un concept d'équipements personnels centré sur les communications, l'observation (en conditions diurnes et nocturnes), la protection (incluant discrétion visuelle et acoustique), l'autonomie en énergie et la mobilité (prenant en compte le poids de l'équipement, l'ergonomie et la mobilité). Ces prototypes, grâce à des essais sélectifs en laboratoire et sur le terrain, apportèrent la preuve qu'à l'horizon 2000 - 2005, les technologies choisies seraient suffisamment matures pour envisager le développement d'un véritable système-combattant individuel.
La phase de définition du système se poursuivit en 2001 par la réalisation d'une démonstration technologique appelé ECAD (pour Équipement du CombAttant Débarqué) réalisé par la société Thales. Cette phase avait pour objectifs de reprendre la conception du système, de façon à tirer profit des essais du concept initial, et de mettre en concurrence les divers groupes industriels européens susceptibles d'assurer le développement d'un programme de cette ampleur.
En 2000, plusieurs phases d'essais comparatives, mettant en œuvre des exercices tactiques dans des centres d'entraînement, furent conduites par la STAT (Section Technique de l'Armée de Terre) et la DGA à l'aide de groupes de combattants équipés de l'équipement ECAD et de groupes de combat non équipés. Ces essais concluants démontrèrent les gains en capacité opérationnelle d'un système de combat individuel, alors même que celui-ci n'était pas optimisé en matière de masse, de volume, d'autonomie en énergie, ni quant à sa résistance vis-à-vis des contraintes opérationnelles et environnementales.
En mars 2004, à l'issue du lancement d'un appel d'offre international de la DGA, la société française Sagem Défense Sécurité du groupe Safran fut désignée pour réaliser le programme "Félin" : Fantassin à Équipements et Liaisons Intégrés.
La démarche choisie pour le développement du programme "Félin" fut l'approche système, par un développement parallèle de tous les équipements concourant à l'amélioration des cinq fonctions opérationnelles majeures (mobilité, protection, agression, communication et observation). À l'issue d'une phase de plus de six mois d'évaluation technico-opérationnelle, menée par quatre types de régiments d'infanterie en Guyane, à Djibouti, en montagne, dans des centres de tirs opérationnels, mais aussi au Centre d'ENtrainement aux actions en Zone UrBaine (CENZUB), l'Armée française a passé en 2009 une commande globale de 22 588 systèmes (cependant le projet de loi de programmation militaire 2014 - 2020 prévoit seulement 18 552 exemplaires à l'issue de celle-ci).
Les premiers systèmes "Félin" ont été livrés à l'armée de terre en mai 2010. En décembre 2014, 17 régiments d'infanterie ont été ainsi équipés.
Les premiers retours opérationnels du programme FELIN eurent lieu après expérimentation en Afghanistan au sein de l'ISAF, puis au Sahel dans le cadre de l'opération Barkhane. Cet emploi sur le champ de bataille lui permet d'acquérir le label "Combat Proven" (éprouvé au combat) décisif pour une mise sur le marché mondial de l'armement. Le général Vincent Desportes décrivait, en 2015, cette dernière opération comme "un formidable levier pour l'export" de ce type d'armement.
Le "Félin" est le fantassin du futur français, c'est l'équivalent du "Future Force Warrior" américain, du programme "Ratnik" russe, du "Future Integrated Soldier Technology" britannique.

Casque de combat TC F NVG V2.
Casque de combat TC F NVG V2.

Basé sur une architecture combinant deux réseaux, l'un transmettant les flux de données et l'autre permettant l'alimentation en énergie, il est constitué d'un ensemble d'équipements organisés en sous-systèmes :
    - L'armement
    - Les équipements textiles de camouflage et de protection
    - L'équipement de tête
    - Les équipements électroniques individuels
    - Les lunettes de tir et jumelles d'observation
    - Le système d'information tactique
    - Le kit d'intégration dans les véhicules.
L'ensemble du programme (études, industrialisation, fabrication et maintenance initiale) s'élèverait à environ un milliard d'euros et l'équipement de chaque fantassin serait facturé 23 000 €.
Le fusil d'assaut FA-MAS, la mitrailleuse MINIMI et le fusil de tireur de précision FR-F2 subissent des modifications permettant le montage de lunettes de tir pour la visée, et aussi permettant d'émettre un message radio, de changer de champ et de voie, d'envoyer une photo via la radio individuelle "Félin" ou de générer une visée déportée, par exemple.
Afin d'intégrer parfaitement les équipements de tête du système "Félin", un tout nouveau casque fut conçu par la société Sagem DS permettant l'utilisation facilitée d'optique de tir déportée, de vision nocturne, de protection faciale et d'autres équipements du fantassin inhérents au programme "Félin".
Ce tout nouveau casque, conçu sur la base du casque TC 3000 produit par la société MSA Gallet, modèle commercial du casque ACH/MICH de l'armée américaine, fut créé au milieu des années 2000, et sa production fut confiée à la société MSA qui débuta la fabrication en 2007. Au départ désigné comme casque équipé, ce nouveau casque fut dans un premier temps produit en faible quantité à l'instar des systèmes "Félin" livré au compte-goutte au sein des régiments sélectionnés par le programme : Le 6 000ème exemplaire fut d'ailleurs produit au cours de l'année 2012, 5 ans plus tard...
Initialement créé à titre expérimental, ce nouveau casque ne remplace pas directement le casque en composite TTA, puisque l'armée française avait déjà remplacé ce modèle par le casque TC F NVG 2 de forme identique au casque ACH américain fabriqué par la société MSA Gallet.
Le casque du programme "Félin" est distribué aujourd'hui de manière plus généralisée en remplacement des différents modèles encore en dotation.
Désigné comme casque FELIN AF (AF pour armée française) à partir de 2013, ce casque est fabriqué par la société MSA (Mine Safety Appliances, abrégé MSA, est une entreprise américaine de fabrication d'équipement de protection individuelle, fondée le 14 juin 1914. Son siège se trouve à Cranberry Township en Pennsylvanie.) qui a racheté en 2002 CGF GALLET (principal fabricant du casque composite TTA) pour devenir MSA GALLET dont l'usine est située :
Zone industrielle Sud
01400 Chatillon sur Chalaronne France
La société MSA en France emploie environ 230 personnes. Depuis son intégration au groupe MSA, MSA GALLET est spécialiste des produits de sécurité et de détection gaz. Par l'association à cette gamme de produits, MSA est spécialisé dans le domaine de la protection de la tête.

Plus

Documentation MSA !

Plus

Manuel casque équipé !

Casque FELIN. Casque FELIN.
Casque FELIN. Casque FELIN.
Casque FELIN. Casque FELIN. Casque FELIN.

Constitution

La coque :

Vue avant.
Vue avant.
Vue de coté.
Vue de coté.
Vue arrière.
Vue arrière.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Rail latéral gauche. Rail latéral droit.
Rail latéral gauche.
Rail latéral gauche.
Rail latéral droit.
Rail latéral droit.
Rail latéral en place, complétant la bordure du casque.
Rail latéral en place, complétant la bordure du casque.
Peinture granitée en extérieure.
Peinture granitée en extérieure.
Jonc avant échancré pour le support des lunettes de vison nocturne. Notez les évasements des pontets latéraux de la jugulaire.
Jonc avant échancré pour le support des lunettes de vison nocturne. Notez les évasements des pontets latéraux de la jugulaire.
Jonc arrière échancré au centre pour le crochet du support des lunettes NVG. Notez l'évasement du pontet arrière de la jugulaire.
Jonc arrière échancré au centre pour le crochet du support des lunettes NVG. Notez l'évasement du pontet arrière de la jugulaire.

La silhouette du casque FELIN reprend la forme générale du casque ACH/MICH américain, commercialisé sous le nom TC3000 par la firme MSA. Toutefois, le casque FELIN présente des caractéristiques qui lui sont propres, comme la partie couvrant le lobe frontal qui forme une protubérance à l'avant afin de dégager plus d'espace au niveau du front et les côtés du casque qui sont découpés plus obliquement dégageant un peu plus les oreilles que le modèle TC3000 (mais réduisant de fait la superficie de protection).
Le casque FELIN est fabriqué en trois tailles (S, M ou L), la bombe est formée par succession de couches de toiles (de couleur jaune) de fibres aramides tissées pour former un tissu d'armure toile (ou taffetas). Ces couches de toiles aramides sont noyées dans une résine balistique thermo-formable puis mises en forme dans un moule sous vide.
Une fois matricé, les excès de fibres aramides noyées dans la résine sont ébavurés afin d'obtenir la silhouette du casque.
Contrairement au casque TC3000, l'intérieur du casque FELIN n'est pas contigu à la forme extérieure, il présente des enfoncements destinés au positionnement des pontets de maintien de la jugulaire. Le moule forme au fond de la bombe trois reliefs oblongs disposés en étoile sans doute destinés à mieux maintenir en position les matériaux durant la phase de mise en forme ou renforcer le sommet du casque. La taille du casque est par ailleurs moulée en creux au fond du casque.
La bordure brute du casque est renforcée à l'avant et à l'arrière d'un épais jonc en plastique teinté dans la masse de couleur kaki. Il est destiné à adoucir la bordure du casque, mais aussi à protéger celle-ci de l'usure. La bombe est percée de cinq trous pour le passage des vis/écrous retenant les rails latéraux et la jugulaire directement à l'intérieur de la bombe.
Enfin la bombe est mise en couleur, de manière satinée à l'intérieur et granitée par ajout de sable fin à la peinture à l'extérieur afin de réduire les reflets du soleil.
La bombe est équipée de deux rails installés sur les côtés du casque qui sont maintenus par deux vis et écrous, et dont les points de fixation avant retiennent aussi les pontets latéraux avant de la jugulaire. Ces rails sont destinés au montage d'équipements périphériques du système "Félin" comme une visière de protection faciale. Ces rails sont fabriqués en plastique de couleur vert kaki teinté dans la masse et couvrent les décrochements latéraux du casque. Ils assurent la jonction des joncs avant et arrière du casque en recouvrant la bordure du casque. Une lettre D ou G est moulé au dos des rails pour indiquer le côté sur lequel ils se montent.
A noter que durant la phase de conception du casque, des rails de couleur beige furent conçus pour être utilisés avec un couvre-casque destiné aux milieux désertiques. Il semblerait que ce modèle de rail n'ait pas été retenu.

Différences avec les premières fabrications.

Jonc ajouré pour la mise en place des crochets du support des NVG sur les premières fabrications (2007).
Jonc ajouré pour la mise en place des crochets du support des NVG sur les premières fabrications (2007).
Jonc plein.
Jonc plein.
Rail latéral des premières fabrications (2007).
Rail latéral des premières fabrications (2007).
Rail latéral des dernières séries.
Rail latéral des dernières séries.
Rail latéral des premières fabrications (2007).
Rail latéral des premières fabrications (2007).

Les premiers casques FELIN sont produits en 2007 et la production tarde à décoller puisqu'initialement une commande de 5 000 exemplaires fut passée par l'Armée française. Mais en observant différents exemplaires, on constate que ces 5 000 unités furent fabriquées sur plusieurs années.
L'observation d'un exemplaire de l'année initiale de production nous permet d'identifier certaines améliorations rapidement apportées au cours de la production :

  • Au départ les échancrures du jonc avant du casque étaient ajourées laissant apparaître la bordure de la bombe. Le jonc deviendra rapidement monobloc, sans doute dans le but d'accroître la résistance de cette pièce.
  • Les rails latéraux sont initialement arrondis et ne se superposent pas sur les joncs avant et arrière du casque. Ils seront par la suite biseautés afin de recouvrir les bordures plastiques avant et arrière du casque, sans doute afin de réduire une zone de fragilité, comme l'arrachement des deux joncs.
  • L'arrêtoir du rail est au départ plein, puis rapidement ajouré dans l'optique de mieux remplir son rôle.
  • Les écrous de maintien des rails et des pontets de la jugulaire sont initialement hexagonaux, puis ensuite oblongs aux côtés plats. Les logements des pontets de la jugulaire seront modifiés en conséquence afin d'accueillir ce nouvel écrou.
  • Le centre du jonc arrière est au départ sans anneau, créé ensuite pour être joint à un nouveau pontet arrière muni d'un crochet assurant d'autant plus le maintien du jonc arrière et le protégeant de l'arrachement.
Pontet et jonc arrière des premières fabrications (2007).
Pontet et jonc arrière des premières fabrications (2007).
Pontet et jonc arrière des dernières séries.
Pontet et jonc arrière des dernières séries.

Les marquages :

Taille M, fabriqué en 2012.
Taille M, fabriqué en 2012.
Indication autorisant l'usage aéroporté.
Indication autorisant l'usage aéroporté.

Le casque FELIN présente différents types d'étiquettes plastifiées appliquées par le fabricant durant la période de production. Une première étiquette appliquée côté intérieur gauche sur laquelle on retrouve l'ensemble des informations du casque comme la référence sociale du fabricant (MSA), la désignation du casque, la taille, la date de fabrication et différent numéro de nomenclature et de lot. Côté droit peut être appliquée une étiquette représentant une silhouette d'homme surmonté d'un parachute autorisant l'usage aéroporté du casque. La présence de cette dernière n'est pas systématique.

Taille M, fabriqué en 2007.
Taille M, fabriqué en 2007.
Taille L, fabriqué en 2009.
Taille L, fabriqué en 2009.
Taille M, fabriqué en 2013.
Taille M, fabriqué en 2013.
Changement d'étiquette à partir de 2013.
Changement d'étiquette à partir de 2013.

L'étiquette d'information évolue au cours de la production du casque FELIN, on observe trois générations :
    - En début de production, la raison sociale du fabricant est MSA Gallet (suite au rachat de la société française CGF Gallet par MSA en 2002) précédé par le nom de la société ayant conçu le casque : Sagem Défense Sécurité groupe Safran.
L'étiquette ne comporte qu'un QR code (code-barres, en deux dimensions, constitués de modules noirs disposés dans un carré à fond blanc. L'agencement de ces points définit l'information que contient le code), le numéro NSN OTAN indexé sur l'étiquette par NNO (Numéro de nomenclature) ne semble pas être immédiatement appliqué.
La désignation du casque est au départ : CASQUE EQUIPE (casque équipé).
    - Rapidement l'étiquette change sensiblement, la raison sociale devient simplement MSA, the safety compagny, précédée du nom de la société Sagem groupe Safran ayant conçu ce casque. La disposition des informations change sensiblement et l'étiquette comporte désormais deux QR codes imprimés de chaque côté. Le NNO (code NSN) est désormais renseigné où l'on retrouve le code 14 en seconde série de chiffre indicatif de la France.
    - Changement radical d'étiquette au cours de l'année 2013 où l'on retrouve le type d'étiquette habituellement appliquée par le fabricant MSA, soit une étiquette sur fond blanc où l'on retrouve le logo du fabricant, la taille, l'année de fabrication et la désignation du modèle qui devient FELIN AF (AF pour Armée française).

La coiffe :

Intérieur bombe muni de bandes auto-aggripantes crochet.
Intérieur bombe muni de bandes auto-aggripantes crochet.
Indication taille moulée dans la bombe.
Indication taille moulée dans la bombe.
Set de pads - vue extérieure.
Set de pads - vue extérieure.
Set de pads - vue intérieure.
Set de pads - vue intérieure.

La conception de la coiffe est reprise du casque TC3000 (issu du casque MICH/ACH américain), soit celle déjà employée dans le casque TC F NVG V2 en remplacement de la coiffe héritée du casque TTA F-1.
Toutefois, les disques auto-agrippant crochets employés dans la série de casque TC300[X] et TC F NVG V2 sont abandonnés au profit de huit bandes auto-agrippantes, de forme oblongue échancrée au milieu, mesurant 9 centimètres de long. Deux bandes sont disposées au fond de la bombe, inclinées de façon à suivre les enfoncements en étoile de la bombe, puis les six autres disposées de telle manière à parcourir la circonférence interne de la bombe : soit deux à l'arrière, une de chaque côté puis deux à l'avant.
Le centre de la bordure intérieure avant de la bombe est complétée d'un rectangle auto-agrippant crochet de dimension 50 x 25 millimètres pour assurer la mise en place du couvre-casque. A l'opposé, quatre bandes auto-agrippantes sont placées sur la bordure arrière.
Cette série de bandes auto-agrippantes est destinée à maintenir la coiffe constituée d'un ensemble de sept coussinets (pads) de différentes formes : 1 de forme ronde (13 centimètres de diamètre) et six de forme rectangulaire de dimension 10 x 6 centimètres. Les coussinets de forme trapézoïdale utilisés dans les casques de la série TC300[X] sont abandonnés.

Coupe structure pad.
Coupe structure pad.

Chaque coussinet est composé d'une double épaisseur de mousse : une première épaisseur en surface destiné au confort, la seconde en mousse alvéolaire sert à l'absorption des chocs étant une mousse à mémoire lente (cette mousse reprend sa forme lentement afin de mieux compenser les chocs, comme le ferait un airbag) :

  • Le dos des pads est doublé de tissu de type astrakan de couleur kaki pour maintenir le "pad" sur les bandes auto-agrippantes disposées au fond de la bombe.
  • La face et toute l'épaisseur est recouvert d'un tissu spongieux, destiné à absorber l'humidité, de couleur noire.

Les deux types de tissus sont joints à plat par thermocollage consolidé au moyen d'une couture périphérique (il est d'ailleurs conseillé de séparer les pads des bandes auto-agrippantes en faisant levier, et non pas de tirer sur la toile au risque de les déchirer).
Il existe trois tailles de kit de pads de différentes épaisseurs afin de couvrir une large gamme de tours de tête en les combinant avec les trois tailles de coque : Des pads N°4 ou ½" (les moins épais) aux pads N°8 ou 1" (les plus épais) en passant par les pads N°6 ou ¾" (épaisseur intermédiaire).
Au dos de chaque coussinet figure le numéro de taille (04, 06 ou 08) pour l'épaisseur, le suffixe du type de pads (A pour les pads rond et B pour les pads rectangulaire), suivi de la date de fabrication en deux chiffres séparés par un tiret. Ces inscriptions sont complétées de la taille du pad inscrit en plus gros, le tout directement imprimé en noir sur le tissu de type astrakan.

Casque Taille S Taille M Taille L
Tour de tête (en cm) 51 à 53 54 à 56 57 à 59 59 à 61 61 à 62
Coussins (pads) N° 6 et 8 N° 6 N° 6 N° 6 N° 6 et 4
Installation des coussinets à l'avant.
Installation des coussinets à l'avant.
Installation des coussinets à l'arrière.
Installation des coussinets à l'arrière.
Vue d'ensemble.
Vue d'ensemble.
Changement marquage.
Changement marquage.

Vers 2014, ces indications seront rapportées sur une petite étiquette de couleur blanche maintenue sur la couture périphérique du pad. Sont imprimées sur cette étiquette la raison sociale du fabricant MSA, l'année de fabrication sur quatre chiffres suivis du mois, puis la taille du pad exprimé à la fois en pouce et avec le numéro correspondant (4, 6 ou 8).
Le pad rond est destiné à être placé au fond de la bombe ; les six coussinets rectangulaires, placés verticalement ou horizontalement, sont placés sur la périphérie. La coiffe peut se configurer avec 4 ou 6 pads rectangulaires. Le positionnement standard des pads à l'intérieur du casque se fait en couronne ou en épi. La disposition en épi favorise la ventilation de la tête.

La jugulaire :

Jugulaire en typologie trois points.
Jugulaire en typologie trois points.
Passant arrière envers/revers.
Passant arrière envers/revers.
Passant latéral envers/revers.
Passant latéral envers/revers.
Mentonnière avec crochet de fermeture.
Mentonnière avec crochet de fermeture.
Boucle de fermeture.
Boucle de fermeture.
Vis et écrou de maintien.
Boucle de fermeture.
Fixation passant latéral.
Crochet de fermeture, doublé d'une patte en cuir.
Maintien passant arrière.
Maintien passant arrière.
Jugulaire installée.
Jugulaire installée.

La conception de la jugulaire est hybride entre celle utilisée dans la série de casque TC300[X] et le casque TC F NVG V2. La typologie de la jugulaire en quatre points du casque TC3000 est abandonnée pour une typologie trois points à l'image du TC F NVG V2.
La jugulaire est montée sur le casque FELIN à l'aide de trois vis Allen à tête légèrement bombée, et dont les vis latérales maintiennent aussi les rails latéraux du casque. La jugulaire est initialement retenue à l'aide d'écrous de forme hexagonale puis rapidement de forme oblongue aux côtés plats. Ces éléments de fixation sont fabriqués en acier anodisé en noir.
L'écrou est inséré dans les pontets de maintien de la jugulaire fabriqués en matière plastique noire. Les pontets latéraux sont formés d'une patte, repliée sur elle-même pour retenir une boucle à double passant fabriquée en plastique moulé de couleur noire, dans laquelle est insérée la jugulaire. Cette boucle pivote dans la patte comme le ferait une charnière. Les boucles de maintien de la jugulaire sont fabriquées par la société YKK (abréviation de Yoshida Kōgyō Kabushiki gaisha et dont l'abréviation est moulée sur la boucle) connue pour la fabrication de fermeture à glissière et dont l'usine française est localisée à Seclin.
Au départ cette patte a sa face extérieure légèrement bombée dans laquelle est moulée une empreinte hexagonale pour le logement de l'écrou de même forme. Avec l'apparition du nouvel écrou, cette patte est complétement plate et présente désormais une arrête pour le placement de l'écrou plat sur les côtés longs.
Le point de fixation arrière de la jugulaire est constitué d'une pièce en plastique moulé présentant un logement à la forme du type d'écrou employé. Le second type de pontet est muni d'une arrête sur sa face intérieure à la manière d'un crochet pour s'agripper à l'anneau du jonc de dernière génération. Cette pièce est montée à 40 millimètres de la bordure du casque afin d'approcher au plus près du crâne ce point de fixation et ainsi améliorer la stabilité du casque. Elle retient une bande de toile de couleur kaki (dont la base est située à 65 mm de la bordure du casque) à l'extrémité de laquelle est cousu un Y confectionné par une double peau en cuir tanné en vert. Cette pièce, rembourrée entre les deux pièces de cuir, comporte à ses extrémités supérieures dotées d'une boucle, un double passant identique à celui employé sur les pontets latéraux. Ces boucles sont retenues par leur base enchappée d'une petite bande de toile cousue au Y en cuir. Cette partie en Y positionnée au niveau de la nuque fait office de nuquière au casque.
La jugulaire est fabriquée en toile en coton de couleur kaki large de 20 millimètres. Elle est maintenue aux quatre boucles fixées latéralement et à l'arrière du casque. Elle est constituée de deux parties longues d'environ 48 centimètres dont les extrémités sont repliées sur elles-mêmes à deux reprises puis maintenues par un trait de couture.

Cette surépaisseur est effectuée afin de ne pas s'échapper trop facilement des boucles maintenues dans la bombe. Un anneau en toile élastique de couleur noire est inséré à chaque extrémité afin de plaquer l'excédent de toile après réglage (cet anneau est à placer avant insertion de la jugulaire dans les boucles fixées dans la bombe). Autre particularité de la jugulaire du casque FELIN, les passages des extrémités des parties de la jugulaire sont protégés par une pièce en oméga Ω clipsée sur la boucle que forme la toile de la jugulaire une fois inséré dans les boucles en plastique de maintien. Ces pièces sont destinées à protéger de l'usure et à mieux assurer le positionnement de la jugulaire réduisant le glissement dans les boucles.
Chaque partie de la jugulaire est pliée en V à environ 17 cm des extrémités avant. A cette pliure sont maintenus par couture les éléments de fermeture de la jugulaire. Sur la partie droite est cousue la mentonnière fabriquée de manière similaire avec les mêmes matériaux. Elle est constituée de deux morceaux de toile et comporte à son extrémité libre le crochet de fermeture.
La fermeture est assurée par une boucle à ouverture rapide de type "side squeeze". Cette boucle fabriquée par la société National Molding, présente les inscriptions suivantes moulées dans la boucle de fermeture en plastique noir :
NATIONAL MOLDING
FARMINGDALE N.Y
SIDE SQUEEZE
HDSS-374
Un des coins de la boucle de fermeture comporte la date de fabrication indiquée dans un macaron à l'instar des produits manufacturés en matière plastique.
La partie gauche comporte la boucle de fermeture maintenue par une patte en toile enchapant la base de la boucle et cousue sur elle-même. Enfin, les deux parties de la jugulaire sont jointives à l'arrière par les deux boucles de la nuquière en Y.

Le camouflage additionnel :


Dans le cadre du programme FELIN (Fantassin à Équipement et Liaisons Intégrés), plusieurs modèles de camouflage furent testés pour la composante vêtements de combat entre 1997 et 2000. L'une de ces conceptions était un modèle unique en son genre, fabriqué comme prototype mais jamais adopté.

Prototype de couvre-casque.
Prototype de couvre-casque.

Centre-Europe.

Vue à plat - extérieur.
Vue à plat - extérieur.
Vue à plat - intérieur.
Vue à plat - intérieur.
Tissu sergé Losange ripstop et boutonnières renforcées.
Tissu sergé Losange ripstop et boutonnières renforcées.
Vue de biais.
Vue de biais.
Maintien par bandes auto-aggripantes.
Maintien par bandes auto-aggripantes.
Vue latérale avec volet de maintien des cables des équipements.
Vue latérale avec volet de maintien des cables des équipements.
Yeux de chat déployés pour reconnaissance.
"Yeux de chat" déployés pour reconnaissance.
Yeux de chat masqués pour furtivité.
"Yeux de chat" masqués pour furtivité.

Le casque FELIN est livré de base avec un couvre-casque imprimé en camouflage Centre-Europe introduit en 1991, camouflage standard de l'armée française depuis. Il fut introduit en remplacement du vert kaki uni des uniformes modèle 47 jusqu'au modèle F2 en vert uni. Ce schéma de camouflage à quatre couleurs (tâches vertes, brunes et noires sur fond vert kaki/beige) est inspiré du motif américain M81 Woodland et est optimisé pour les forêts françaises.
Le couvre-casque FELIN est confectionné dans un tissu sergé en losange de type Ripstop (tissu anti-déchirure conçu par alternance de fils de renfort tissés à intervalles réguliers en hachures croisés) et composé de 40% de fibres aramide, 20% de viscose FR, 20% de coton et 20% de modacrylique, le tout imperméabilisé et traité par un oléo-répulsif pour les insectes. La toile est imprimée en surface en camouflage Centre-Europe anti infra-rouge.
Il est formé de trois bandes de toile cousues transversalement, puis une dernière bande couvre l'arrière du casque. Les bandes transversales sont pincées afin de mieux épouser la forme du casque.
Six boutonnières, renforcées sur la découpe par couture retenant au dos un morceau de toile de nylon fendu, sont disposées de manière régulière sur le couvre-casque (4 sur le morceau de toile transversal, et 2 de chaque côté) permettant d'ajouter un camouflage naturel (sous forme de branchage) sur le casque.
Cinq volets en toile rabattables à partir de rubans auto-agrippant permettent d'attacher les câbles ou les interfaces externes des différents équipements du fantassin afin de le pas le gêner dans ses actions et éviter tout risque d'accrochage. Ils sont disposés par paire à l'arrière supérieur, un de chaque côté puis un dernier sur le côté arrière gauche du couvre-casque. Le dos du couvre-casque est doté d'un compartiment en toile pour le logement de la batterie de l'optique installée dont l'ouverture se ferme à l'aide d'une bande de toile munie d'un ruban auto-agrippant. Une bande élastique est cousue sur la ligne médiane intérieure de ce compartiment afin de le maintenir au maximum plaqué lorsqu'il est vide.
Deux "yeux de chat" sont disposés à l'extérieur de ce compartiment, chacun d'eux formé d'un rectangle en matière phosphorescente cousue sur un volet rabattable formé par un ruban auto-agrippant astrakan sur deux rectangles crochets cousus sur le couvre-casque.
En position baissée, les deux rubans dégagent les rectangles phosphorescents permettant de détecter le fantassin de dos la nuit. Volets fermés, le couvre-casque maintient la furtivité dans le dos.
L'avant du couvre-casque est doté d'une ouverture carrée afin de dégager le support des lunettes de vision nocturne si mis en place. Les côtés du couvre-casque sont découpés de telle manière à dégager les rails latéraux du casque. La bordure de ces échancrures est renforcée par une doublure en toile.
Le maintien du couvre-casque est assuré par des bandes auto-agrippantes en astrakan cousues sur les bordures avant et arrière de l'intérieur du couvre-casque. Elles permettent le maintien du couvre-casque aux bandes adhésives auto-agrippantes crochets collées sur la bordure intérieure avant et arrière de la bombe. La face extérieure du couvre-casque est munie sur ces zones de rubans crochets permettant le placement des coussinets de coiffe sur ces zones.

Fabrication 2008.
Fabrication 2008.
Fabrication 2011.
Fabrication 2011.
Fabrication 2015.
Fabrication 2015.

Enfin, le couvre-casque est fabriqué en trois tailles afin de mieux épouser les trois tailles de casque disponibles. Une étiquette est cousue au revers arrière droit sur laquelle on retrouve la raison sociale du fabricant, les références de l'élément, la taille, le numéro de lot de fabrication et la date d'application du répulsif anti insecte, ainsi que les instructions d'entretien.
On observe trois principaux fabricants pour cet élément, dans un premier temps Sagem Défense Sécurité du groupe Safran (Sagem DS), puis MSA et plus tard la société belge SIOEN spécialisée dans les textiles techniques.

Plus

Notice d'utilisation !

Désert.

Prototype conçu dans le cadre du programme FELIN.
Prototype conçu dans le cadre du programme FELIN.
Fabrication terrain en Irak.
Fabrication terrain en Irak.

Le programme FELIN prévoyait au départ la création d'un couvre-casque pour milieu désertique comme l'atteste des documents photographiques. Toutefois aucun couvre-casque arborant un camouflage désert n'a, à ce jour (2018), été créé.
Cependant on note la confection sur le terrain de couvre-casque pour le casque FELIN avec du tissu camouflage désert adopté par l'armée française en 1990, introduit à l'occasion de la participation de la France dans la première guerre du Golfe, l'opération Daguet. Ce schéma de camouflage reste encore utilisé à ce jour en milieu désertique.

Mandat ONU.

Couvre-casque ONU utilisé par le 92ème RI au Liban en 2015.
Couvre-casque ONU utilisé par le 92ème RI au Liban en 2015.

Pour les troupes françaises sous mandat ONU, un couvre-casque couleur bleu ONU fut conçu. Fabriqué de manière identique au modèle Centre-Europe, la visibilité du casque étant primordiale, ce couvre-casque reste cependant démuni de boutonnières pour l'ajout de branchage.
L'utilisation de ce modèle de couvre-casque fut observé sur des casques bleus appartenant au 92ème régiment d'infanterie en poste au Liban en 2015 sous mandat ONU.

Type "Ghillie".

Couvre-casque type Ghillie.
Couvre-casque type "Ghillie".
Sac de transport.
Sac de transport.

Au départ créé en unité au sein du 8ème RPIMA notamment, on note un accessoire destiné au camouflage additionnel de type "Ghillie".
Confectionné à partir de diverses bandes de fibres et de toiles de différentes longueurs cousues sur un support en tissu filet de type "mesh".
Ce support reprend la forme du couvre-casque du casque FELIN, ce qui permet à cet accessoire de se monter directement par-dessus le couvre-casque. Il n'empêche pas le montage d'une optique et laisse libre accès aux rails latéraux. Ce couvre-casque se pose et s'enlève sans retirer le couvre-casque de dotation.
Initialement créé de manière artisanale pour casser la forme du casque, ce type de couvre-casque est aujourd'hui commercialisé par diverses sociétés civiles où les militaires peuvent acquérir des accessoires pour améliorer leur dotation.

Exemple d'utilisation.
Exemple d'utilisation.

Les accessoires :

Protection faciale.

Protection faciale.
Protection faciale.
Durant les phases d'essai.
Durant les phases d'essai.

La plaquette commerciale de la société MSA présente le casque FELIN muni d'une protection faciale montée sur les rails latéraux. Il s'agit aujourd'hui du seul équipement observé destiné à se monter sur ces rails. Cependant, cet accessoire n'a jusqu'à présent pas été observé en situation.
Cette protection est composée d'une visière pare-coups transparente fabriquée en polycarbonate et d'un maxillaire pare-éclats.

Support optique.

Support optique, envers/revers.
Support optique, envers/revers.
Vue avant.
Vue avant.
Fixation arrière.
Fixation arrière.
Crochet sur jonc première série (2007).
Crochet sur jonc première série (2007).
Crochet sur jonc.
Crochet sur jonc.
Exemple de montage de lunette de vision nocturne.
Exemple de montage de lunette de vision nocturne.

Les bordures avant et arrière du casque sont spécialement conçues pour le montage d'un support d'optique pour la vision nocturne ou pour le tir déporté, branchée avec la lunette du système "Félin" montée sur l'arme du fantassin.
Fabriqué en matière plastique, ce support est de forme galbée pour épouser au mieux la forme arrondie de l'avant du casque. Il est doté de deux rails dans lesquels se coulisse l'optique qui se clipse une fois arrivée en butée. L'optique se libère par pression des deux zones qui la clipse. Le support d'optique s'apparente à une double griffe se positionnant sur les deux échancrures de la bordure avant du casque et est retenu à l'arrière par un crochet en matière plastique positionné au bout d'une bande de toile élastique assurant une tension suffisante entre l'avant et l'arrière pour retenir l'ensemble sur le casque. Le crochet arrière se positionne dans l'échancrure centrale de la bordure arrière. Le support d'optique se monte directement sur le casque, le couvre-casque présentant une fenêtre carrée à l'avant permet son installation directement sur le casque muni du support.

Plus

Manuel technique support de jumelle polyvalent pour le fantassin !

Sac de transport.

Vue à plat.
Vue à plat.
Sac avec casque.
Sac avec casque.

Le casque FELIN est livré avec un sac de transport pour stockage lorsque celui-ci n'est pas utilisé. Ce sac, confectionné en toile de couleur noire, est constitué de deux morceaux de toile en demi-cercle afin d'épouser la forme arrondie du casque. Ils sont joints sur leurs bords arrondis par une couture surjetée renforcée vers l'intérieur. La bordure plate est repliée sur elle-même afin de former un ourlet pour le passage du lacet de fermeture. Ce lacet est inséré dans deux paires d'œillets métalliques creux appliqués de part et d'autre de la couture du sac. Le lacet en deux morceaux est inséré dans chaque œillet symétrique opposé puis noué avec le second lacet. La fermeture du sac s'effectue en tirant les deux nœuds du lacet, l'un à l'opposé de l'autre.
Un des côtés du sac est muni d'une fenêtre porte-étiquette constituée d'une feuille de plastique transparente entourée d'un encadrement en similicuir. Elle permet d'insérer une étiquette au nom du propriétaire du casque.