Russie

Russie

Casque 6B7-1M

Fiche

  • Dénomination : 6Б7-1M.
  • Destiné à une utilisation générale.
  • Coiffe en intégralement en toile, maintenue en six points.
  • Jugulaire en toile avec mentonnière en typologie 3 points.
  • Fabriqué à partir de 2008.
  • Distribué à partir de 2008.
  • Pays d'origine : Russie.
  • Période d'utilisation : de 2008 aux années 2010.
  • Matériau : fibre aramide.
  • Poids : 1170 g (taille 1).
  • Taille : 3 (I, II ou III).
  • Couleur : vert olive mat.
Preview

Historique

Le casque Ssh 68 (en alphabet cyrillique CШ-68 acronyme de "стальной шлем образца 1968 года", soit en alphabet latin "stalnoy shlyem" 1968 pour casque d'acier modèle 1968) est le dernier casque conçu durant la période soviétique pour le compte de l'infanterie, et aussi le dernier casque fabriqué intégralement en acier pour le compte de l'armée russe. Il est conçu pour résister au mieux aux projectiles d'armes automatiques à fort pouvoir pénétrant, à une époque où se démocratisent les fusils d'assaut (soit pour les troupes soviétiques le fusil d'assaut "kalachnikov" AK-47 de calibre 7,62 mm puis l'AK-74 de calibre 5,45 mm répondant au M16 américain de calibre 5,56 NATO.).
Le casque Ssh 68 diffère du traditionnel casque Ssh 39 (puis Ssh 40 et 60) avec des parois conçues pour dévier les projectiles à l'instar du casque modèle 56 est-allemand. Ce modèle est désormais fabriqué dans un nouvel alliage appelé acier-15 permettant la fabrication d'un casque aux parois moins épaisses mais dont la forme oblique augmente l'épaisseur d'acier à traverser. Le casque Ssh 68 est élaboré à partir de plaque d'acier de 1,4 mm d'épaisseur, plus épaisse de 0,2 mm en partie frontale.
Le casque Ssh 68 était le casque standard de l'armée soviétique lors de l'invasion de l'Afghanistan de 1979 à 1989. Il restera en usage au sein de l'armée russe jusque dans les années 2000 et reste aujourd'hui en dotation dans certains pays indépendants de l'ex-URSS.
L'armée russe n'attendit pas les années 2000 pour admettre que l'acier avait atteint ses limites dans la fabrication de casques pour troupes d'infanterie et des essais de production de casques en matière composite débutèrent durant les années 90.
En effet à l'orée des années 80, l'Union Soviétique entama des recherches de casques fabriqués à base de polymère dans l'optique d'abandonner l'acier, à l'instar des pays occidentaux débutant l'adoption du kevlar dans la fabrication des casques de combat. Les statistiques mirent en évidence que la plupart des projectiles menaçant les soldats (fragments ou projectiles) ont une vélocité comprise entre 600 et 650 m/s pour une masse de plusieurs grammes. A cette vitesse, les casques d'acier conventionnel ne procurent pas la protection nécessaire.
Le principal institut impliqué dans ces recherches fut l'institut de recherche scientifique de l'acier de Moscou : NII Stali pour Nauchno-Issledovatelskiy Institut Stali ("Научно-исследовательский институт стали"). Impliqué dans la recherche sur l'acier depuis 1942, le NII Stali possède des décennies de savoir-faire dans le domaine de l'armure d'acier et la protection balistique.
Avec un début de recherche sur le titane, l'acier et différentes fibres balistiques, le NII Stali porta principalement son effort sur l'amélioration du casque Ssh 68 disponible en importante quantité et en usage durant le conflit afghan débuté en 1979.
Les ingénieurs du NII Stali prirent en compte l'avantage des fibres aramides appliquées en taffetas croisés et imprégnés de résine.

6Б14 - Ssh 68 M :

Le premier prototype d'une longue série concernait le casque Ssh 68, dont la bombe était doublée d'une fine couche de fibres aramide appliquée à l'intérieur du casque, désigné SSh 68 M (en cyrillique CШ-68 M) et possède l'index GRAU 6Б14. Le GRAU est la direction principale du missile et de l'artillerie du Ministère de la défense de la Fédération de Russie (soit en cyrillique : "Главное ракетно-артиллерийское управление МО РФ" (ГРАУ), ou en alphabet latin "Glavnoye raketno-artilleriyskoye upravleniye MO"). Il s'agit d'un département du ministère de la défense russe, subordonné au chef de l'armement et des munitions des forces armées russes. Cette organisation qui remonte à 1862 est plus particulièrement responsable de l'attribution des indices GRAU aux munitions et équipements de l'armée russe.s

Ssh 68 N :

Le casque Ssh 68 M sera par la suite modifié avec un changement radical de coiffe et avec une suppression du revêtement camouflé de l'extérieur. Ce nouveau modèle sera désigné Ssh 68 N.

Casque Ssh 68 M (index GRAU 6Б14).
Casque Ssh 68 M (index GRAU 6Б14).
6Б6 :

Un nouveau prototype développé par l'institut NII Stali fut le casque 6B6 composé d'une bombe en matière hybride à l'instar du casque Ssh 68 M avec une coque en titane doublée à l'intérieur d'une couche en matière composite. Développé à la fin des années 90, il fut accepté pour un usage dans l'armée en 2000. Coûteux à produire, seul un petit nombre d'exemplaires fut mis en service.

6Б7 – P7 :

D'une conception proche du modèle 6Б6, ce modèle fut fabriqué uniquement en matière composite. Produit par l'institut NII Stali et Armocom au début des années 90, ce modèle est le premier d'une longue déclinaison. Ce modèle sera d'ailleurs décliné en deux versions par Armocom avec les versions 6Б7-1 et 6Б7-1M.

6Б7-1M :

Fabriqué par Armocom, ce modèle est une seconde déclinaison du casque 6Б7 suivant le 6Б7-1, mettant un terme à la forme très trapue du casque 6Б7. Développé et accepté par l'armée russe en 2008, ce modèle conserve la ligne générale du casque 6Б7 rappelant fortement la lignée des casques de l'ère soviétique démarrée par le casque Ssh 39, ceci afin d'éviter d'éventuels problèmes d'identification. Fabriqué à partir de nouvelles fibres d'aramide appelé "Rusar", ce casque selon Armocom aurait une espérance de vie de 12 ans et une résistance balistique de type V50 résistant à des projectiles d'une vitesse de 630 m/s. Ce modèle fut conçu à la fois pour l'infanterie et les troupes aéroportées, et était livré avec un couvre-casque muni de bavolets pour ces dernières. Le casque 6Б7-1M est le seul modèle des casques cités à avoir vraiment été produit à grande échelle avant et encore après l'adoption définitive du casque 6Б47 "Ratnik" en 2010. Le casque 6Б7-1M fait son apparition durant la seconde guerre d'Ossétie du Sud opposant en août 2008 la Géorgie à sa province séparatiste d'Ossétie du Sud et à la Russie, puis plus tard parmi les "petits hommes verts" (Russe : "зелёные человечки", soit en alphabet latin "zelyonye chelovechki", Ukrainien : "зелені чоловічки", soit en alphabet latin "zeleni cholovichki") faisant référence aux soldats russes non identifiés et non déclarés apparus pendant la crise ukrainienne de 2014. Ce terme a été utilisé pour la première fois lors de l'annexion de la Crimée par la Fédération de Russie, lorsque ces soldats ont occupé et bloqué l'aéroport international de Simferopol, la plupart des bases militaires en Crimée et le Parlement de Simferopol. Ils étaient également connus sous le nom de peuple poli (en russe : "вежливые люди", soit en alphabet latin "vezhlivye lyudi") car ils étaient perçus comme s'étant comportés pacifiquement avec peu d'interférence dans les activités quotidiennes des résidents.
Le casque 6Б7-1M est le seul casque de cette série à encore être utilisé majoritairement au sein de l'armée russe conjointement au casque 6Б47, et cela sans doute jusqu'à complet remplacement.

6Б26 :

Dans la gamme des prototypes conçus par l'institut NII Stali, on retrouve principalement une succession de modèles désignés 6Б26, 6Б27 et 6Б28. Ces modèles, d'une conception très proche, présentent des formes et des poids différents ainsi que des protections balistiques variées, sur la base du casque PASGT américain, sans jamais vraiment le copier.
Le casque 6Б26 est un casque militaire léger (seulement 950 g) procurant une protection balistique V50 préservant des projectiles d'une vitesse de 580 m/s. Ce modèle fut destiné principalement aux unités d'opérations spéciales (excluant les unités parachutistes) et fut approuvé pour une utilisation dans l'armée russe en 2006.

6Б27 :

Parallèlement, fut produit le casque 6Б27, plus lourd, destiné à un usage plus général. Il fut décliné en trois versions, une première de forme proche du casque PASGT américain, une seconde avec un couvre-nuque dégagé pour faciliter le port en position couché et enfin une dernière version sensiblement plus profilée que la seconde version et dont la matière composite est directement teintée dans la masse pour arborer le schéma de camouflage "digital flora" ou "Tsifra". Ces casques étaient produits par la firme AO НПП КлАССС.

6Б28 :

Le casque 6Б28 est la version pour troupes aéroportées de la série 6Б26 - 6Б27 - 6Б28. Adopté officiellement depuis 2006, ce modèle fut peu produit suite à son adoption. D'une forme similaire au casque 6Б26, la bombe est plus épurée pour en réduire le volume.

Casque 6Б7-1M. Casque 6Б7-1M.
Casque 6Б7-1M. Casque 6Б7-1M.

Constitution

La coque :

Vue avant.
Vue avant.
Vue de coté.
Vue de coté.
Vue arrière.
Vue arrière.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Bordure en toile de nylon collée.
Bordure en toile de nylon collée.
Jointure jonc.
Jointure jonc.
Peinture finement texturée.
Peinture finement texturée.

La bombe du casque 6Б7-1M est formée par succession de couches de toiles (de couleur jaune) d'une nouvelle génération de fibres aramides tissées (appellées "Rusar") pour former un tissu d'armure toile (ou taffetas). Ces couches de toiles de kevlar sont noyées dans une résine balistique thermo-formable puis mises en forme dans un moule sous vide. La forme générale du casque 6Б7-1M rappelle fortement les casques de l'ère soviétique démarrés par le casque Ssh 39. Il présente au niveau des deux enfoncements de la base du casque une zone formant une protubérance afin de mieux dégager la zone des oreilles et ainsi permettre l'utilisation de matériel de radio-communication.
Le casque 6Б7-1M est fabriqué en trois tailles (les matériaux de fabrication étant onéreux et en raison de la forte épaisseur des parois du casque, une taille unique engendre un casque de fort encombrement), une fois matricé, les excès de fibres aramides noyées dans la résine sont ébavurés afin d'obtenir la silhouette du casque.
La surface du casque semble recevoir une fine couche de matière plastique afin de la régulariser. L'intérieur est laissé brut.
La bordure brute du casque est protégée d'un jonc constitué d'une bande de toile de nylon de couleur vert olive collée sur la bordure du casque et jointive par superposition sur un des côtés arrière du casque. Il est destiné à adoucir la bordure du casque, mais aussi de protéger celle-ci de l'usure.
La bombe est percée d'une série de six trous pour la mise en place de l'aménagement intérieur du casque (1 trou à l'avant et à l'arrière, deux de chaque côté).
Enfin, le casque est peint de couleur vert olive mat aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur, où sur cette partie la peinture est appliquée de manière finement texturée sans additif à la peinture.

Les marquages :

Marquage initialement appliqué au feutre sur la bordure (notez l'indication de la taille sur la suspension en toile).
Marquage initialement appliqué au feutre sur la bordure (notez l'indication de la taille sur la suspension en toile).
Référence modèle.
Référence modèle.

Comme l'ensemble des casques de présérie, les marquages sont, dans un premier temps, appliqués au feutre noir sur la bordure arrière du casque. Un premier marquage par exemple pour un casque de taille 1 :
I РАЗМЕР ДО 58 ВКЛ (soit taille 1 jusqu'à 58 cm) puis un second marquage sur le côté opposé indiquant la index GRAU 6Б7-1M.

Référence modèle, numérotation d'exemplaire et date de fabrication (mai 2013).
Modèle, numérotation exemplaire et date fabrication (05/2013).
Tampon de contrôle.
Tampon de contrôle.
Autre tampon avec inscriptions masquées.
Autre tampon avec inscriptions masquées.

Puis étant donné que ce modèle fut largement adopté par l'armée russe, la fabrication fut plus standardisée avec l'application de marquages inscrits au tampon encreur de couleur blanche, positionnés sur les côtés intérieurs de la bombe.
Côté gauche est appliqué le marquage décrivant les informations générales du casque, soit par exemple pour le casque de taille 1 présenté dans cette fiche :
6Б7-1M (index GRAU du modèle)
36.276.05.13 (numérotation de lot puis date de fabrication)
I РАЗМЕР (taille 1)
ДО 58 ВКЛ (jusqu'à 58 cm)
On observe des cas où ces marquages sont partiellement masqués au feutre noir, sans doute dans l'optique de cacher l'origine du casque dans le cadre de la crise du Donbass.
Le côté droit présente généralement un tampon de contrôle de fabrication que l'on retrouve habituellement sur le matériel de l'armée russe :
OTK APM suivi d'une étoile contenant un numéro (ici mal tamponné).

La coiffe :

Suspension en toile - envers.
Suspension en toile - envers.
Suspension en toile - revers.
Suspension en toile - revers.
Etiquette référence modèle + taille.
Etiquette référence modèle + taille.
Boutonnière renforcée par couture.
Boutonnière renforcée par couture.
Vis et écrou de fixation.
Vis et écrou de fixation.
Intérieur bombe.
Intérieur bombe.
    Coiffe en place.
Coiffe en place.
Détail point de fixation.
Détail point de fixation.
Ruban latéral de réglage de circonférence du cerclage en toile.
Ruban latéral de réglage de circonférence du cerclage en toile.
Ruban côté opposé.
Ruban côté opposé.
Ruban de réglage de circonférence du bandeau de tête en toile.
Ruban de réglage de circonférence du bandeau de tête en toile.

La conception de la coiffe est comparable à celle employée sur la plupart des casques d'essai testés jusqu'à la fabrication du casque 6Б27. Contrairement à une fabrication NII Stali, pour laquelle la coiffe est retenue par des empiècements métalliques, la coiffe est montée par le biais de six trous effectués dans la bombe à l'aide de six vis et écrou de fort diamètre (Ø 17,9 mm) faisant office de plaque de maintien. Les vis, longues de 18 mm, possèdent une tête légèrement bombée de diamètre 10,85 mm et sont anodisées en noir. La coiffe est constituée d'une suspension en toile de couleur vert kaki. Elle est formée d'un cerclage en toile constitué de deux bandes cousues l'une sur l'autre et dont les longueurs sont repliées vers l'intérieur puis solidarisées par une ligne de couture par longueur. Le cerclage possède six boutonnières renforcées par couture pour le maintien de la coiffe par les six vis/écrous. Les extrémités de ce cerclage sont repliées sur elles-mêmes puis cousues pour former un fourreau pour le passage d'un lacet de serrage joignant les deux extrémités. D'une longueur plus que nécessaire, ce lacet, formé d'un ruban en toile, est passé à deux reprises et la tension du nouage permet une périphérie plus ou moins importante du cerclage.
Le cerclage retient les trois éléments en toile constituant la suspension de la coiffe. Chaque élément est composé d'une simple bande de toile pliée pour former un V et sont jointives à l'aide d'un long ruban de toile destiné au réglage en profondeur de la coiffe.
Les extrémités de chaque élément sont repliées sur elles-mêmes et la pliure est solidarisée par un trait de couture pour former une fourrure. Ainsi chaque élément est inséré sur le cerclage en toile où chaque extrémité entoure les points de fixation de la coiffe dans la bombe. Ainsi positionnée, chaque fourrure des extrémités des bandes de la suspension est solidarisée au cerclage par deux traits de couture parallèles verticaux.
Il est intéressant de noter que la boutonnière du cerclage destinée à être placée à l'avant du casque est doublée d'une bande de toile solidarisée avec les extrémités de la suspension. Cette bande est suffisamment tendue afin de ne pouvoir être jointive au cerclage, sans doute dans le

Suspension de coiffe réglable par un ruban en toile.
Suspension de coiffe réglable par un ruban en toile.

but d'accroître la résistance à un choc frontal, ou tout simplement afin de mieux distinguer la partie avant de la coiffe.
Le maintien sur la tête est assuré par un bandeau de tête confectionné dans le même type de toile que le cerclage. Il est composé de deux parties, chacune étant constituée de deux bandes de toile cousues ensemble pour former une double épaisseur sur toute la longueur et dont les bords sont repliés vers l'intérieur. Chaque demi partie du bandeau possède ses extrémités repliées sur elles-mêmes pour former un fourreau. Ils permettent ainsi de joindre les deux parties à l'aide d'un long lacet constitué d'une bande de toile et dont la tension permet le réglage du tour de tête. Le bandeau de tour de tête est inséré dans les fourrures des extrémités de chacune des bandes de toile constituant la suspension de la coiffe.
Enfin, la coiffe du casque 6Б7-1M n'est pas universelle à toutes les tailles, ainsi chaque taille de bombe est équipée d'une coiffe taillée pour la circonférence intérieure de celle-ci. La taille de la coiffe est dans un premier temps indiquée par un chiffre romain appliqué au feutre sur le cerclage (I, II ou III) puis par la suite une étiquette est cousue sur une jonction arrière de la suspension avec le cerclage sur laquelle est indiquée la référence du modèle de casque, ainsi que la taille de celui-ci.

La jugulaire :

Jugulaire en typologie trois points.
Jugulaire en typologie trois points.
Passant latéral envers/revers.
Passant latéral envers/revers.
Passant arrière.
Passant arrière.
Boucle de réglage de la bande arrière.
Boucle de réglage de la bande arrière.
Mentonnière avec boucle de fermeture.
Mentonnière avec boucle de fermeture.
Fermeture par bouton pression.
Fermeture par bouton pression.
Point de fixation passant latéral.
Point de fixation passant latéral.
Point de fixation passant arrière.
Point de fixation passant arrière.
Jugulaire installée.
Jugulaire installée.

La jugulaire du casque 6Б7-1M est de typologie en trois points, elle est retenue simultanément à la coiffe aux points de fixation arrière et latéraux avant et est fabriqué à partir de bandes de toile larges de 20 millimètres.
Elle est constituée de deux parties jointives à l'arrière et coulissant dans le passant arrière. Ce dernier est constitué d'une bande de toile de type web pliée sur elle-même et dont la pliure est solidarisée par deux forts traits de couture parallèles effectués sans lever formant ainsi un rectangle. Ce rectangle entoure le trou pratiqué pour permettre le maintien à la vis arrière retenant la coiffe.
La jugulaire est retenue latéralement à deux passants constitués d'une bande de toile repliée sur elle-même et retenant une boucle à double passants identique à celle employée sur les casques Ssh 68 de fabrication tardive (en acier zingué sur le casque Ssh 68, ce type de boucle est en acier anodisé en noir sur le casque 6Б7-1M). L'ensemble est retenu par deux forts traits de couture parallèles effectués sans lever formant ainsi un rectangle. Ce rectangle entoure le trou pratiqué pour permettre le maintien aux vis latérales avant retenant la coiffe.
La partie gauche de la jugulaire est constituée d'une bande de toile en coton d'une longueur d'environ 37 cm. Pliée en V, elle retient au niveau de la pliure l'anneau de fermeture de la jugulaire. Cet anneau en forme de demi-lune est retenu par un trait de couture solidarisant aussi un morceau de cuir blanc non tanné de forme rectangulaire à base arrondie. Ce morceau de cuir est destiné à protéger la peau du porteur du système de fermeture. L'extrémité avant de cette partie est repliée sur elle-même puis solidarisée par un trait de couture effectué à plusieurs reprises. Elle est destinée à être insérée dans la boucle de maintien latérale, l'excédent de toile étant retenu par un anneau en cuir blanc non tanné. L'extrémité arrière de cette partie retient la boucle similaire aux passants latéraux dont la base est enchapée puis solidarisée par couture. Cette boucle est destinée au passage de la bande de toile de type web d'une longueur de 42 cm solidaire de la partie droite de la jugulaire. Cette bande insérée dans le passant arrière possède son extrémité libre repliée sur elle-même et solidarisée par un trait de couture effectué à plusieurs reprises. Cette extrémité est insérée dans la boucle arrière de la partie gauche et l'excédent de toile après réglage est retenu par un anneau en cuir blanc non tanné. L'autre extrémité de cette bande de toile enchape un anneau métallique en demi-lune qui retient aussi la mentonnière de la jugulaire et la bande de toile destinée à être insérée dans le passant droit.
Cette bande longue de 24 centimètres est constituée de manière identique au côté gauche.
La mentonnière est constituée de deux bandes de toile et son extrémité libre comporte les deux parties d'un bouton pression pour fermer la jugulaire dans l'anneau de la partie gauche.

Le camouflage additionnel :

Notice d'utilisation du couvre-casque.
Notice d'utilisation du couvre-casque.
Couvre-casque 1er type.
Couvre-casque 1er type.

Le casque 6Б7-1M est livré avec un couvre-casque arborant le camouflage "Tsifra" (bien qu'il existe des couvre-casques arborant le camouflage "Flora"). Introduit en 2008, ce camouflage pixélisé était destiné à remplacer les motifs VSR et Flora. Officiellement appelé "единая маскировочная маскировочная расцветка расцветка" ("Edinaya maskirovovochnaya rascvetka") ou EMR, qui se traduit à peu près par camouflage à coloration unifié (dans le sens où il sera commun à l'ensemble des forces armées russes). Ce motif est souvent appelé "Tsifra", "Tetris" ou "digital flora". Ce schéma de camouflage existe en plusieurs variantes, dont la plus courante "leto" (été) incorpore de minuscules pixels noir, brun-rougeâtre et vert feuillage sur un fond vert pâle. D'autres versions sont utilisées, comme "sever" (régions du nord), "zima" (hiver) et "gorod" (urbain). Ce schéma de camouflage commença à être distribué de manière généralisée en 2011.
Le couvre-casque "Tsifra" existe en deux versions dont toutes deux possèdent une même structure et sont tous deux munis d'un bavolet pour l'usage aéroportée.
Le couvre-casque en tant que tel est constitué de trois morceaux de toile de nylon pour ses propriétés hydrophobes imprimées en camouflage "Tsifra". Cousus longitudinalement pour couvrir la bombe du casque, ces morceaux de toile sont complétés d'un ourlet formé par une fine bande de toile cousue sur toute la périphérie pour le passage du ruban en toile, permettant le maintien sur le casque, et dont les extrémités sont jointives à l'arrière.
Ces couvre-casques sont fabriqués en trois tailles afin de mieux épouser les trois tailles de bombe disponibles. A l'instar de la coiffe, une étiquette spécifiant le modèle de casque et sa taille est d'ailleurs cousue à l'intérieur du couvre-casque.


Le couvre-casque du premier type possède un bavolet cousu sur la périphérie du couvre-casque et dont les volets se ferment à l'aide d'une longue bande de toile munie d'une bande auto-agrippant crochet à son extrémité libre et astrakan côté volet. Elle se referme sur elle-même après avoir enchapé deux anneaux en demi-lune retenus par une bande de toile sur le volet opposé.
Ce couvre-casque comporte trois boutonnières renforcées par couture disposées en triangle aux quatre points cardinaux du couvre-casque pour la mise en place de végétation afin de densifier et d'adapter le camouflage.

Couvre-casque 2ème type, vue à plat.
Couvre-casque 2ème type, vue à plat.
Revers.
Revers.
Vue à plat avec bavolets sortis et étiquette référence modèle + taille.
Vue à plat avec bavolets sortis et étiquette référence modèle + taille.
Configuration avec bavolets sortis.
Configuration avec bavolets sortis.
Vue de biais.
Vue de biais.
Maintien par ruban en toile.
Maintien par ruban en toile.

Le second type est amélioré. Les boutonnières du couvre-casque sont remplacées par des bandes de toile cousues aux quatre points cardinaux. De dimension 12 x 2,5 centimètres, ces bandes de toile sont cousues par tiret afin d'obtenir 3 fourreaux pour la mise en place de branchage.
Deux boutonnières parallèles espacées de 25 millimètres sont pratiquées sur les côtés et un lacet en toile y est inséré. Ils sont destinés au maintien du bandeau des lunettes de protection.
Sur ce modèle, le bavolet est cousu à 9 centimètres de la bordure latérale. Il est doté d'une zone élastique au niveau de la nuque, et la zone couvrant les oreilles est complétée de trois œillets creux disposés en triangle.