Russie

Russie

Casque Ssh 68 M (6B14)

Fiche

  • Dénomination : Ssh 68 M (CШ-68 M, index GRAU 6Б14).
  • Distribué à titre d'essai.
  • Coiffe constituée de quatre pattes en toile cirée montées sur supports métalliques.
  • Jugulaire en cuir en deux points, avec fermeture à boucle à double passant, puis jugulaire en toile avec mentonnière avec fermeture rapide.
  • Fabriqué à partir des années 90.
  • Distribué à partir des années 90.
  • Pays d'origine : Russie.
  • Période d'utilisation : des années 90 aux années 2000.
  • Matériau : acier spécial ("Acier-15") doublé de matière composite.
  • Poids : 1650 g (Taille II).
  • Taille : 3 (petit, moyen et grand).
  • Couleur : vert olive tacheté de noir et beige.
Preview

Historique

Le casque Ssh 68 (en alphabet cyrillique CШ-68 acronyme de "стальной шлем образца 1968 года", soit en alphabet latin "stalnoy shlyem" 1968 pour casque d'acier modèle 1968) est le dernier casque conçu durant la période soviétique pour le compte de l'infanterie. Le casque Ssh 68 est le résultat des recherches d'un nouveau casque pour les troupes soviétiques dès les années 60 malgré l'adoption du casque Ssh 60 reprenant la forme du casque Ssh 39, utilisé depuis plus de 20 ans au sein de l'armée rouge.
A une époque où chaque soldat est désormais équipé d'une arme automatique de puissant calibre à fort pouvoir pénétrant, on assiste à une évolution des armes où chaque soldat transporte l'équivalent d'une petite mitrailleuse mobile (soit pour les troupes soviétiques le fusil d'assaut "kalachnikov" AK-47).
Puis les services d'intelligence soviétique eurent vent du développement du fusil d'assaut M16 élaboré par les Etats-Unis (principal adversaire de l'URSS dans le contexte de la guerre froide) employant un tout nouveau type de munition de petit calibre à forte vélocité et grand pouvoir perforant. Une telle arme rendrait totalement obsolète les casques Ssh 40 et Ssh 60 en usage au sein de l'armée soviétique (bien que ces casques n'aient pas été conçus pour arrêter un projectile de fusil, principalement en raison des parois trop verticales de ces casques). Pour contrer le fusil d'assaut M16 américain, l'Union Soviétique lança des recherches pour la mise au point d'un calibre semblable au 5,56 NATO qui aboutirent à la création du fusil d'assaut AK-74 de calibre 5,45 mm.
Parallèlement des recherches furent lancées au sein de l'institut soviétique des matériaux dirigé par Vladimir Pavlovich Vasina pour l'élaboration d'un nouveau casque malgré la récente adoption du casque Ssh 60.
Ces recherches aboutirent à la création du casque Ssh 68 en 1968 dont la forme diffère du traditionnel casque Ssh 39 (puis Ssh 40 et 60) et dont les parois sont conçues pour dévier les projectiles à l'instar du casque modèle 56 est-allemand.
Ce nouveau casque est désormais fabriqué dans un nouvel alliage appelé acier-15 permettant la fabrication d'un casque aux parois moins épaisses mais dont la forme oblique augmente l'épaisseur d'acier à traverser. Le casque Ssh 68 est fabriqué à partir de plaque d'acier de 1,4 mm d'épaisseur, plus épaisse de 0,2 mm en partie frontale.
L'aménagement intérieur de ce nouveau modèle est repris du casque Ssh 60. On estime qu'environ 8 à 12 millions d'exemplaires furent produits entre 1968 et la fin des années 80 au sein de la seule usine de production Octobre rouge ("Krasniy Oktyabr") située à Volgograd (anciennement Stalingrad).
Une importante quantité de ces casques fut exportée à Cuba (c'est d'ailleurs sur les troupes cubaines que les Etats-Unis découvrirent le casque Ssh 68 lors de l'intervention de la Grenade en 1983, qu'ils prénommèrent "Cone Head" en rapport à sa forme très prononcée), au Nicaragua et dans de nombreux pays africains. Le casque Ssh 68 était le casque standard de l'armée soviétique lors de l'invasion de l'Afghanistan de 1979 à 1989. Il restera en usage au sein de l'armée russe jusque dans les années 2000 où il fut remplacé par le casque 6Б47 "Ratnik" à partir de 2010, bien que divers modèles en matière composite furent adoptés entre temps mais jamais de manière généralisé comme le casque 6Б7 ou 6Б27. Le casque Ssh 68 reste aujourd'hui en dotation dans certains pays indépendant de l'ex-URSS.
L'utilisation de matière composite pour la fabrication des casques de l'armée russe n'est pas si récente comme en témoigne un essai effectué sur le casque Ssh 68 durant les années 90.
En effet au début des années 80, l'union soviétique débuta des recherches de casques fabriqués à base de polymère dans l'optique d'abandonner l'acier, à l'instar des pays occidentaux débutant l'adoption du kevlar dans la fabrication des casques de combat. Les statistiques mirent en évidence que la plupart des projectiles menaçant les soldats (fragments ou projectiles) ont une vélocité comprise entre 600 et 650 m/s pour une masse de plusieurs grammes. A cette vitesse, les casques d'acier conventionnel ne procurent pas la protection nécessaire.
Le principal institut impliqué dans ces recherches fut l'institut de recherche scientifique de l'acier de Moscou : NII Stali pour Nauchno-Issledovatelskiy Institut Stali ("Научно-исследовательский институт стали"). Impliqué dans la recherche sur l'acier depuis 1942, le NII Stali possède des décennies de savoir-faire dans le domaine de l'armure d'acier et la protection balistique.
Avec un début de recherche sur le titane, l'acier et différentes fibres balistiques, le NII Stali porta principalement son effort sur l'amélioration du casque Ssh 68 disponible en importante quantité et en usage durant le conflit afghan débuté en 1979.

Casque Ssh 68 (CШ-68).
Casque Ssh 68 (CШ-68).
Casque Ssh 68 M.

Les ingénieurs du NII Stali prirent en compte l'avantage des fibres aramides appliquées en taffetas croisés et imprégnés de résine. Le premier prototype d'une longue série concernait le casque Ssh 68, dont la bombe était doublée d'une fine couche de fibres aramide appliquée à l'intérieur du casque. Ce modèle, d'un poids d'environ 1,??? kg, procurait une protection balistique équivalente au nouveau casque PASGT américain. Ce casque est désigné SSh 68 M (en cyrillique CШ-68 M) et possède l'index GRAU 6Б14. Le GRAU est la direction principale du missile et de l'artillerie du Ministère de la défense de la Fédération de Russie (soit en cyrillique : "Главное ракетно-артиллерийское управление МО РФ" (ГРАУ), ou en alphabet latin "Glavnoye raketno-artilleriyskoye upravleniye MO"). Il s'agit d'un département du ministère de la défense russe, subordonné au chef de l'armement et des munitions des forces armées russes. Cette organisation qui remonte à 1862 est plus particulièrement responsable de l'attribution des indices GRAU aux munitions et équipements de l'armée russe.
Le casque 6Б14 sera créé en deux versions, dont une première version équipée de la jugulaire en cuir récupérée du casque Ssh 68 avec boucle de fermeture du second type. Cette jugulaire sera rapidement abandonnée au profit d'une jugulaire de topologie en trois points dotée d'une mentonnière assurant une meilleure stabilité en raison de l'augmentation du poids du casque.
Ce casque sera faiblement distribué et à titre d'essai uniquement : La plupart des exemplaires rencontrés sont neufs de stock ou très peu portés et le peu d'image de son utilisation au sein de l'armée russe valide cette hypothèse.
Le casque 6Б14 sera utilisé jusqu'à la fin des années 2000 comme l'atteste une photo de son utilisation lors de la seconde guerre d'Ossétie du Sud opposant en août 2008 la Géorgie à sa province séparatiste d'Ossétie du Sud et à la Russie.
L'ensemble des casques d'essai en matière composite de l'armée russe sera abandonné à partir de 2010 avec l'adoption officielle du casque 6Б47 "Ratnik".

Constitution

La coque :

Le casque Ssh 68 M (6Б14), comme décrit précédemment, est une modification de casques Ssh 68 existant. A l'origine, le casque Ssh 68 est fabriqué en trois tailles par emboutissage progressif d'une feuille d'acier spécial "acier-15" d'une épaisseur de 1,4 mm et comportant une zone plus épaisse de 0,2 mm qui sera placée à l'avant lors de la mise en forme.
Après mise en forme, la bombe était percée à six reprises, dont quatre trous formant un carré au niveau du tiers supérieur du casque pour la mise en place des lames ressort soutenant la coiffe qui sont rivetées, puis un trou de part et d'autre du casque pour la mise en place des passants de jugulaire, eux aussi rivetés.
La bombe est ensuite mise en couleur, après avoir été apprêtée, de couleur vert olive foncé dont la peinture est additionnée de "nitrokraska" pour la pigmentation.
La production fut exclusivement effectuée dans l'usine "Octobre Rouge" installée à Volgograd, qui est identifiée par tampon rectangulaire appliqué à l'encre. Ce tampon, en plus d'indiquer la taille (1, 2 ou 3 après la lettre "P" pour "POCT") et les deux derniers chiffres de l'année de production, comporte l'acronyme 3KO pour "Zavod Krasniy Oktyabr" (Usine Octobre Rouge).
L'acier est d'ailleurs estampé, avant mise en peinture, du numéro de lot précédé de la taille au niveau de la nuquière. On peut aussi retrouver une étoile stylisée ou un cercle estampée à froid sur la visière avant du casque. Les casques Ssh 68 comportent à l'origine quelques marquages appliqués à l'encre lors des différentes phases de contrôle lors de sa fabrication. L'ensemble de ces marquages disparaît dans un casque Ssh 68 M, l'intérieur étant doublé de fibres aramides.

Vue avant.
Vue avant.
Vue de coté.
Vue de coté.
Vue arrière.
Vue arrière.
Vue de dessus.
Vue de dessus.
Jointure jonc en toile de nylon.
Jointure jonc en toile de nylon.

Doublure intérieure en matière composite (notez la vis de maintien appliquée à l'avant en plus des vis retenant l'aménagement intérieur).
Doublure intérieure en matière composite (notez la vis de maintien appliquée à l'avant en plus des vis retenant l'aménagement intérieur).
Marquage appliqué au feutre noir sur la bordure intérieur du casque.
Marquage appliqué au feutre noir sur la bordure intérieur du casque.

Pour la fabrication des casques Ssh 68 M, seule la bombe du casque Ssh 68 est utilisée. La coiffe et les passants de jugulaire sont retirés en faisant sauter les rivets et deux trous supplémentaires sont effectués sur l'axe transversale du casque à 4 cm de la bordure. Une doublure intérieure est fabriquée à partir d'une succession de taffetas de fibres aramides noyées dans de la résine puis moulée à la forme intérieure d'une bombe de casque Ssh 68. Cette doublure est fabriquée en trois tailles à l'instar du casque Ssh 68 (P1 : petit, P2 : moyen et P3 : grand). Après sa mise en forme, la bordure de la doublure est ébavurée.
Cette doublure est ensuite placée dans une bombe Ssh 68 et est sans doute collée, bien que son maintien soit aussi assuré par les vis et écrous vis appliqués à l'extérieur du casque pour la mise en place de la coiffe et de la jugulaire : toutefois la vis installée à l'avant (et à l'arrière dans le cas d'une utilisation d'une jugulaire fixée en deux points) du casque a (ont) pour unique but de maintenir la doublure en fibre d'aramide. Pour cela, elle est percée à chaque trou de la bombe métallique. La bordure brute de la doublure en fibre d'aramide n'étant pas amincie, ni parfaitement jointive avec celle de la bombe en acier, un jonc en toile de nylon tissé en chevron est collé sur toute la périphérie de la bombe remaniée. Cette bande de toile est directement collée sur la bordure extérieure en acier et la bordure intérieure en matière composite de la doublure. La jonction s'effectue à l'arrière par superposition et son maintien est assuré par un excédent de colle.
La bombe est ensuite remise en peinture de couleur vert olive foncé aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur. L'extérieur de la bombe est peint muni des vis écrous et est camouflé à l'aide de taches en forme de trièdre à trois extrémités appliquées au pochoir (le pochoir est identique pour chaque forme appliquée). Ces taches sont appliqués à la peinture noire matte et de couleur beige.
Enfin la bombe est numérotée de son index GRAU 6Б14, suivi de la taille de la bombe et d'une numérotation d'exemplaire, ainsi que d'un numéro de lot. Ces indications sont appliquées au feutre noir sur le jonc en toile à l'intérieur du casque.

La coiffe :

Intérieur bombe.
Intérieur bombe.
Tête des vis écrou appliqués à l'extérieur.
Tête des vis écrou appliqués à l'extérieur.
Vis et rondelle de maintien de coiffe.
Vis et rondelle de maintien de coiffe.
Support en T d'une patte de coiffe.
Support en T d'une patte de coiffe.
Quatre points sommitaux de fixation.
Quatre points sommitaux de fixation.
Coiffe constituée de quatre pattes de coiffe sur support métallique, reliées entre-elles par des lacets en coton blanc.
Coiffe constituée de quatre pattes de coiffe sur support métallique, reliées par des lacets en coton blanc.
Revers.
Revers.
Revers d'une patte de coiffe.
Revers d'une patte de coiffe.
Patte de coiffe en toile cirée de forme trapézoïdale.
Patte de coiffe en toile cirée de forme trapézoïdale.
Patte de coiffe en toile cirée maintenue par deux attaches parisiennes et doublée d'une bande de drap de laine.
Patte de coiffe en toile cirée maintenue par deux attaches parisiennes et doublée d'une bande de drap de laine.

La coiffe reste identique à celle du casque Ssh 68, qui est elle-même reprise du casque Ssh 60. Elle est montée sur quatre lames support en forme de "T". Chaque support est constitué de deux morceaux de métal fin (afin d'avoir un effet ressort) de forme rectangulaire, rivetés ensemble perpendiculairement à l'aide de deux petits rivets mécaniques. Les extrémités de la barre horizontale du "T" comportent chacune un orifice pour la mise en place d'une patte de coiffe à l'aide de deux attaches parisiennes. Ces quatre supports sont montés au fond de la bombe à l'aide d'une vis à tête hémisphérique d'un diamètre de 7 mm plaquant une rondelle de diamètre 20 mm. Cette rondelle comporte un emboutissage à la forme de la tête de la vis et à la périphérie de son trou pour mieux axer celle-ci.
Les pattes de coiffe, fabriquées en toile cirée (dont la couleur peut varier : marron, noir, gris) dont la base en pointe plate est repliée sur elle-même et solidarisée par couture pour le passage du lacet de réglage en profondeur, comportent à leur sommet une bande de feutre pliée sur la longueur et cousue à la base de chaque patte de coiffe. Cette bande de feutre est destinée à ne pas abîmer la patte en toile cirée par frottement contre son support et à assurer un minimum de confort.
A la base de chaque patte de coiffe est cousue une pièce en cuir ou en toile de forme rectangulaire comportant à chaque largeur deux anneaux en lacet en coton. Ces anneaux en toile permettent de lier chaque patte de coiffe avec sa voisine à l'aide d'un lacet. Au nombre de quatre, ces lacets permettent le réglage de la circonférence de coiffe. Une circonférence maximale (soit les pattes de coiffe plaquées contre l'intérieur de la bombe) permet le port du bonnet fourré "ushanka", mais en raison de l'augmentation de l'épaisseur de la bombe, ceci n'est sans doute plus possible dans le casque Ssh 68 M.
Enfin, chaque patte de coiffe est montée sur une lame ressort à l'aide de deux attaches parisiennes. Ces pattes sont jointives entres elles à l'aide d'un lacet unique pour le réglage en profondeur et entre chaque patte voisine par un lacet pour le réglage en circonférence.
A noter que ce type de coiffe ne comporte pas de marquage appliqué par un fabricant, mais peut présenter des tampons de contrôle ou des marquages liés aux matériaux utilisés (notamment des rouleaux de toile cirée dont sont issues les pattes de coiffe).

Coiffe installée.
Coiffe installée.

La jugulaire :

Jugulaire en cuir type Ssh 68.

Jugulaire en cuir reprise du casque Ssh 68, fermeture par boucle à double passant - envers.
Jugulaire en cuir reprise du casque Ssh 68, fermeture par boucle à double passant - envers.

Revers.
Revers.
Exemplaire avec jugulaire en deux points (notez les deux points de maintien avant et arrière de la doublure).
Exemplaire avec jugulaire en deux points (notez les deux points de maintien avant et arrière de la doublure).

Au départ la jugulaire du casque 6Б14 est reprise du casque Ssh 68, elle-même reprise du casque Ssh 60. La jugulaire est fixée à deux passants de jugulaire rivetés de part et d'autre du casque. Les passants de jugulaire sont constitués d'une boucle métallique rectangulaire prise dans une patte de métal fin jouant le rôle de charnière. A la fixation du passant de jugulaire par vis/vis écrou, une enveloppe de cuir recouvre la surface du passant de jugulaire. Cette enveloppe servira à maintenir un rabat en cuir, riveté en même temps que la jugulaire. Ce rabat a pour but d'adoucir le passant de jugulaire, étant donné que la circonférence de la coiffe peut être à "fleur de peau" de la coque.
Ainsi, les deux parties de la jugulaire, larges de 2 centimètres, sont directement rivetées aux passants articulés, de même qu'une bande de cuir ou de toile, d'une longueur de 7 centimètres, servant de protection.
La partie la plus longue de la jugulaire, mesurant 28 centimètres, sans trou, se fixe à une boucle à double fente fabriquée en aluminium et maintenue par un rivet sur la partie courte de la jugulaire. Cette partie de la jugulaire comporte au dos de la boucle une pièce de cuir, cousue en deux points, destinée à protéger le visage du soldat du métal de la boucle. La partie courte de la jugulaire, d'une longueur de 20 centimètres, comporte un anneau de cuir libre destiné à maintenir l'excédent de jugulaire.
A noter que c'est la surface lisse du cuir qui est en contact avec la peau du soldat.

Jugulaire en toile typologie en trois points.

Jugulaire trois points - envers.
Jugulaire trois points - envers.
Revers.
Revers.
Passant latéral gauche.
Passant latéral gauche.
Passant latéral droite avec boucle de fermeture.
Passant latéral droite avec boucle de fermeture.
Double boucle de jointure arrière.
Double boucle de jointure arrière.
Vue en détails d'un passant latéral.
Boucle à double passant de réglage.
Avec sa plaque de maintien.
Boucle à double passant de réglage.
Détails pliure bande de toile.
Boucle à double passant de réglage.
Plaque et vis de maintien.
Boucle à double passant de réglage.
Sangle arrière réglable par velcro et double boucle.
Sangle arrière réglable par velcro et double boucle.

Partie longue avec mentonnière et crochet de fermeture.
Partie longue avec mentonnière et crochet de fermeture.
Point de fixation arrière.
Point de fixation arrière.
Jugulaire trois points installée.
Jugulaire trois points installée.

Bien que les premiers essais effectués sur des modifications de casques Ssh 68 reprenaient la jugulaire d'origine, l'augmentation du poids du casque entraîne un manque de stabilité pallié par une jugulaire fixée en trois points.
De ce fait, la jugulaire du casque Ssh 68 M est totalement revue. Elle est maintenue à trois pattes en toile de nylon. Chacune d'elle est constituée d'une bande de toile de couleur vert olive de dimension 8 (finale) x 2,2 cm pliée en trois et dont la pliure est solidarisée par trois traits de couture. La pliure maintient une boucle métallique de forme triangulaire pour les passants latéraux et une boucle de forme rectangulaire pour le passant arrière. Chaque patte en toile possède un trou destiné à maintenir celle-ci dans la bombe à l'aide d'une vis retenant la plaque de maintien de forme triangulaire en acier nickelé.
La partie gauche de la jugulaire est constituée d'une bande de toile longue de 29 cm et dont l'extrémité libre est renforcé d'un empiècement métallique pour prévenir de l'effilochement. Cette partie retient une mentonnière fabriquée en matière plastique noire munie d'une fente à chacune de ses extrémités dans laquelle est insérée la sangle de la jugulaire. Cette partie retient aussi la partie crochet en plastique noir de la boucle rapide de fermeture. Sa base à double passants permet le réglage en longueur de cette partie de la jugulaire.
Enfin, cette partie est retenue par son extrémité à la boucle triangulaire du passant latéral gauche par enchapure solidarisée d'un trait de couture.
Cette partie comporte la sangle destinée à être insérée dans la boucle arrière. Maintenu par couture de manière semblable à la partie retenant la mentonnière, cette sangle, d'une longueur de 19 cm, retient à son extrémité une double boucle rectangulaire fabriquée en fil d'acier.
La partie droite de la jugulaire est fabriquée à partir d'une bande de toile d'une longueur de 8 cm. Pliée en trois, cette bande retient la boucle en plastique de fermeture et enchape la boucle triangulaire du passant droit. L'enchapure est solidarisée par un trait de couture et la dimension finale de cette partie est de 3 cm. A l'instar de la partie gauche, une sangle est maintenue sur la boucle triangulaire pour faire la jonction avec la sangle opposée. Cette sangle de 17 cm, retenue par couture comporte à ses deux extrémités une partie velcro (astrakan et velours) permettant de la replier sur elle-même après réglage dans la double boucle.